En bref Sniperland V6 !

Ghillie seclusion

Vous le savez les ghillies c’est mon dada (ndlr : pour ceux du fond de la classe la ghillie est une tenue de camouflage qui a pour but de casser les formes et de s’adapter au mieux à l’environnement voisin. Ce type de tenue à été inventé par les Ecossais à la fin du 19éme). Suite à cette passion,  très souvent on me contacte pour me demander la meilleure ghillie, invariablement ma réponse est : la meilleure ghillie c’est celle que vous faites patiemment avec vos petites mains en rapport avec votre terrain de jeu. Et là on me rétorque que c’est long, c’est fastidieux et c est chia**. Donc, parfois, il m’arrive de mettre un peu d’eau dans mon vin et de regarder ce que le marché commercial des ghillies toutes faites propose. Il y a peu je suis tombé sur un produit qui avait l’air prometteur donc pour avoir un avis plus objectif j’ai commandé le dit produit.

Il faut savoir qu’il est prédestiné aux chasseurs à l’arc, cela conditionne un peu le camo proposé, on est donc ici en présence d’un camo plutôt automnal. Ce camo est baptisé « SECLUSION 3D® » dont les qualités vantées sont les suivantes : « Avec divers degrés de concentration et de contraste en trois épaisseurs distinctes de composants, Seclusion 3D permet d’obtenir une impression de profondeur et d’obscurité et intègre également des mélanges de lumière et d’obscurité pour une impression ombrée qui rompt la forme de votre silhouette avec le même effet de contre-ombrage que possèdent les prédateurs naturels pour rester à bonne distance de leurs proies. Vous ne vous vous fonderez pas seulement dans l’environnement, vous disparaîtrez complètement dedans ! » Cabelas®  Complètement grisé par cette description :X ,  la carte bleue en transe….. Je me précipite sur le bouton « ajouter au panier ».

A la réception le tout est glissé dans un carton de taille moyenne, à l’ouverture les 2 articles (pantalon et veste)  sont emballés dans un sac transparent avec les 2 cintres ce qui est suffisamment rare pour être signalé.

  • Vue globale

La veste et le pantalon sont fabriqués à partir d’une base en une sorte de micro fibre chaude, un peu comme une polaire sans l’aspect bouloché. Sur cette base, des bandes de feuilles en polyester sont cousues. L’aspect disruptif est convenablement rendu même en laissant la tenue sur le parquet on arrive à se demander où sont les extrémités. Les coloris dominants sont gris beige avec un peu de vert ce qui confirme une utilisation plutôt de septembre à mars. Je ne remarque pas de défauts de fabrication.  Attention contrairement à ce que l’on pourrait croire cela ne taille pas grand, j’ai pris du XL et les manches sont limites trop courtes.

 

  • Dans le détail

Nous allons commencer par la veste, comme dit précédemment, celle ci est fabriquée dans une espèce de fibre que je soupçonne être de la microfibre de polyester, en tous cas c’est bien chaud ce qui confirme encore la saisonnalité de la tenue. La veste possède 4 poches, 2 intérieures façon poches de veste, mais ici sécurisées par une fermeture éclair, ainsi que 2 grandes poches au niveau du ventre. L’ouverture de celles-ci s’effectue sur les cotés, quasiment au niveau des flancs, cela permet d’avoir un volume non négligeable, on peut y ranger n’importe quelle réplique de poing. Au niveau camouflage il y a plusieurs rangées de « feuilles » cousues sur la base qui est elle-même imprimée avec un motif mêlant tronc d’arbres, branchages et feuilles mortes ceci permet aussi bien un micro- camouflage ( vu de prés avec un dessin réaliste) qu’un macro-camouflage ( vu de loin avec effet de relief). Au port l’ensemble est confortable mais j’attends de voir ce que cela donne sur le terrain. On peut remarquer la cagoule qui est en maille pour permettre une « respirabilité » de la tête mais pas de trous au niveau des oreilles (ce qui donnerait  une meilleure audition des sons, chose que je fais désormais systématiquement sur mes ghillies). La cagoule peut être resserrée par l’intermédiaire de 2 cordons. Parmi les points faibles que j’ai remarqué à première vue, il y a la fermeture éclair ventrale qui une fâcheuse tendance à se coincer dans les feuilles et j’ai des doutes sur la résistance lors de phase de ramping, mais on testera cela plus tard sur le terrain.

 

Pour la suite place au pantalon, il est fabriqué de la même manière   avec la base et les feuille en polyester cousues dessus, la densité de « feuilles » est semblable. On trouve encore une fois 4 poches zippées : 2 traditionnelles, au niveau des hanches, de taille moyenne ainsi que 2 poches cargo à mi-cuisse. Ces poches sont tellement bien intégrées au niveau du camouflage que les retrouver tiens de la gageure, le volume des poches cargo n’est pas terrible mais permettra d’y ranger un ou deux chargeur de type 5.56. Au niveau de la taille le pantalon tiens à l’aide d’un cordon élastiqué, qui ne tiens jamais en règle générale, mais on trouve également des passants pour une vrai ceinture : seul moyen de fixer correctement un pantalon pour qu’il tienne en rampant. Les passants ont l’air solide ; ils ne se sont pas arrachés en tirant fortement dessus. Le pantalon est également doté d’un   long zip au niveau des chevilles pour permettre de l’enfiler sans avoir à ôter vos chaussures, c’est un gros plus en jeu.

 

 

 

Bonus le masque : et oui quoi de plus terrible qu’un camo efficace détruit par vos jolies joues roses ou bien les mains ? J’ai donc également acquis  une fausse barbe camo sur laquelle je ne m’étendrais pas vu que même produit que le reste, avec une coupe qui ressemble à un grand carré camouflé retenu par un simple élastique derrière.  Je conseille fortement de percer un trou au niveau de la bouche pour permettre une arrivée d’air frais ainsi que pouvoir expulser l’air vicié sans embuer vos lunettes de protection.

Le volume total n’est pas trop important ce qui est intéressant pour pouvoir la transporter dans un sac de compression.

  • 1 ères armes sur le terrain 

me voici donc parti pour aller gambader dans la forêt

La ghillie tiens facilement dans un sac de compression de moyen format ce qui est un plus pour le rangement et la discrétion sur le terrain avant utilisation. L’enfilage se fait sans souci et effectivement les zips du bas de pantalon se révèlent très pratique, même avec de grosses chaussures de randonnée cela passe. Au port elle est très confortable la coupe est suffisamment ample pour ne pas être contraint dans ses mouvements, la matière se révèle chaude et agréable. Par contre n’espérez pas une protection contre la pluie le tissu aurait même plutôt tendance à se gorger d’eau d’après les tests effectués. Je n’ai pas vérifié si une fois humide elle restait chaude, ce qui est le cas de peu de fibre à part la laine.

 

 

 

La résistance : à plat ventre sur le sol je m’active, sans renfort aux niveaux des genoux les moindres aspérités ou branchages sont bien présents et la matière duveteuse n’y change rien. Le sol est détrempé et rapidement l’humidité se fait sentir. Apres quelques dizaines de mètres je regarde mes genoux et avant bras : les feuilles sont un peu écrasées, chiffonnées et salies mais rien n’a été arraché par les frottements ce qui est un bon point.  Autre bon point en s’imbibant d’eau les feuilles artificielles ont tendances à foncer ce qui permet de se rapprocher de la teinte des feuilles mortes humides. Apres rien ne vous empêche de balader la ghillie la ghillie au sol avant de jouer pour adapter la teinte à vos besoins.

 

 

Visuellement je trouve le résultat très bon pour une ghillie non préparée, les dessins photo réalistes et surtout la coupe des feuilles permettent de créer une bonne illusion de volume qui casse bien votre forme, voir même vous transforme en infâmes créatures des marais.   Les feuilles sont très légères donnant un mouvement cohérent lorsque le vent souffle cela peut sembler un détail mais de loin quelque chose d’immobile quand tout le reste bouge peut être la chose qui vous trahira dans la nature. Pour reprendre un des argumentaires de l’article je n’ai pas été vraiment convaincu par les ombrages censés représenter plusieurs dimensions de plan, par contre au soleil la ghillie donne l’illusion visuelle de « perdre du volume » ce qui attirera moins le regard des observateurs.

 

 

  • Test en partie : l’épreuve du feu

Le terrain est recouvert de feuilles mortes, branches quelques végétaux encore verts, bref ca devrait coller. La ghillie s’enfile facilement au dessus de la tenue, je mets les gants (chose indispensable ! comme dit plus haut une ghillie sans se recouvrir les mains c’est comme une route sans radars), puis direction le camp adverse arrivé a quelques dizaines de mètres on passe en mode ramping. La ghillie ne gène pas les mouvements, par contre le ramping sur le ventre tire fortement la capuche en arrière ce qui n’est pas confortable du tout -> prévoir plutôt un bonnie hat camouflé. Le pantalon ne descend pas avec la ceinture par contre peu de protection au niveau des genoux malgré l’épaisseur de la tenue -> prévoir d’inclure des pads.

 

Niveau camouflage on est sur du sérieux, les adversaires ne m’ont pas repéré (moins de 10 m) et le photographe à eu dû mal à me retrouver après m’avoir perdu de vue 5 mn. Comme je pensais la tenue tiens chaud, après quelques dizaines de mètres de ramping il fait une chaleur là dessous ! Vu la température extérieure proche des 7-8 degré ça allait mais aux alentours de 15° méfiez vous.

 

 

Pour vérifier, j’ai été skier avec cette tenue, niveau froid avec 2 tee shirt thermique en dessous il n’y avait pas de problème, température extérieure donné pour  -4° à 1500 m dans les Pyrénées.

 

Pour parfaire la tenue j’ai quelques « recettes » à vous conseiller, déjà découper un espace au niveau des oreilles, juste sous la ligne de couture des bandes de feuilles ce qui permettra de mieux localiser les sons sans qu’on voit vos jolies « zoreilles ». Même chose au niveau du masque car la respiration s’avère difficile avec ce tissu devant la bouche, on peut même remplacer une bonne partie par un filet à maillage serré. Je suis en train de fixer un filet à certains endroit stratégiques  ( toujours entre les bandes de feuilles) de manière à pouvoir adjoindre de la végétation ou bien des fibres de jute pour adapter la ghillie à l’environnement de jeu.  Autre chose habituelle sur mes ghillies placer un fil électrique de 3-4 mm de diamètre (avec sa gaine) dans le cordon de serrage de la capuche, cela vous permet de l’articuler au mieux pour pouvoir voir sans être vu et vous évitera le filet qui retombe immanquablement sur les yeux.

 

Au final

Il s’agit d’une bonne base à réserver pour les saisons automne-hiver par les couleurs qui la compose.

Par contre le service communication de Cabelas est inexistant aussi bien par mail que par téléphone dans les 2 cas jamais une réponse par contre ma boite mail à été infesté de mails publicitaires de leur part, donc qu’on ne me dise pas qu’ils n’ont rien reçu :/ .

Points +

  • Efficacité en sortie de boite
  • Resistance
  • Rapport qualité prix
  • Chaleur

Points –

  • Chaleur
  • Environnement automne hiver
  • Coût ~ 220 euro

Catégorie:Review

2 commentaires

  1. Heureusement que les photos sont faites de loin et/ou à l’ombre car la tenue est peu performante. Beaucoup trop de gris parasitaires. T’as beau te coucher vers les branches au sol, on voit bien que ça ne correspond pas du tout au tapis de feuilles « roux » dominant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.