En bref Sniperland V6 !

Flir scout recon ou la vision thermique abordable !

Rêvant de thermique depuis plusieurs années j’ai eu accès à quelques modèles, voici la review de l’un d’entre eux.

La société FLIR  est loin d’être une inconnue dans le secteur c’est même LA marque pour la plupart des solutions thermique professionnelles depuis près de 40 ans, pour l’anecdote c’est leur système qui est monté sur les véhicules haut de gamme bavarois pour la détection de nuit et/ou temps de brouillard ( solution que j’avais étudié fut un temps).

 

Depuis quelques années FLIR propose des solutions en monoculaire ou binoculaire à l’usage de la police, pompiers ou secours pour détecter ou retrouver des personnes. La gamme SCOUT s’articule autour de capteurs de différentes résolutions (640, 320, ou 240 pixels) et de plusieurs ouvertures d’objectifs en fonction de vos besoins.  Le tout récent système scout TK se veut être une solution simple et abordable pour un grand public, d’ailleurs si la résolution est en baisse par rapport à ses aînés on y découvre d’autres possibilités.

 

PRÉSENTATION DU PRODUIT

Le scout TK est livré dans une boite en carton dont l’intérieur rembourré de mousse dense protège de manière efficace l’objet de notre attention. L’ensemble de l’appareil est revêtu d’une substance caoutchouteuse verte, sur le dessus on note la présence de plusieurs boutons, dont nous étudierons les fonctionnalités plus tard, à l’avant l’objectif est protégé par un cache fixé sur l’appareil (ce qui évitera de le perdre) et à l’arrière une trouve un œilleton.  Dans la boite on trouve également un tour de cou ainsi qu’un câble USB pour le rechargement de la batterie et le transfert des medias.

 

PRISE EN MAIN

 

La taille (15 cm) et le poids (180g) de cette nouvelle caméra thermique sont très contenus ce qui permet une bonne prise en main, à noter que la camera respecte la norme IP 67 et est donc protégée contre les chutes de moins de 1 m.

   

 

Le cœur du système est basé sur un microbolomètre Lepton de chez FLIR qui procure une résolution de 160*120 pixel, ce qui peut sembler faible, par contre la sensibilité à la température est de 0.10° avec une plage d’utilisation de -20° à 40°ce qui devrait permettre de multiples utilisations du produit. Au niveau autonomie la scout TK est donnée pour 5 heures de fonctionnement après il faudra charger la batterie interne (inamovible).

La partie supérieure de la camera présente, dans l’ordre, un capot étanche pour la connexion du câble USB, le bouton d’allumage du produit, celui du réglage de la luminosité, le bouton d’enregistrement et celui permettant de définir le type de mode de visualisation.

 

 

UTILISATION

Ce modèle destiné à une population large et variée est équipée de plusieurs possibilités actionnables par  menu. La fonctionnalité la plus pratique concerne les différents modes de vision en fonction de vos gouts mais aussi des plages de température des objets observées. Pour y accéder il faut appuyer sur le bouton le plus proche de l’œilleton de visée puis via l’action des autres boutons on navigue dans le menu proposant les différents modes :

   

Le mode WHITE HOT et BLACK HOT permettent de définir la couleur des points les plus chauds, dans la pratique le white hot permet de mieux faire ressortir les scènes où le contraste est peu élevé tandis que le black hot crée un relief.

Les nouveaux modes INSTANTALERT et GRADED FIRE sont utiles pour faire ressortir les objets très chaud tandis que le reste de l’image reste grise c’est à mon sens les modes les plus intéressants pour notre utilisation du produit.

 

Ensuite on tombe dans les modes colorés RAIN, IRON, LAVA ou COLOR WHEEL qui me semblent plus psychédélique qu’autre chose, pour rejouer la vision du Predator de John McTiernan je vous suggère le mode  RAIN …

Le bouton d’enregistrement présent permet de prendre au choix une photo ou bien d’enregistrer une scène la résolution limité (240*320) permet de prendre un certain nombre de photos mais ne comptez pas tirer un poster des images ainsi obtenues voir les exemples ci-dessous. Par contre cela permet de prendre des photos exploitables ce qui n’est pas toujours facile à faire si vous souhaitez le faire avec un APN ou un smartphone je vous souhaite bien du courage (entre le fait de bien centrer votre appareil photo dans l’axe et à la bonne distance pour la mise en point et sans compter le fait de ne  pas tomber sur la même fréquence que celle du rafraîchissement de l’image …).

A noter que le monoculaire est dotée d’un réglage pour la netteté en fonction de la distance de la scène observée.

Il est donc intéressant de repérer les éléments chauds d’une scène : voiture qui vient d’arriver (regardez les pneus c’est assez éloquent de voir comment ils chauffent), sèche-linge, scène lambda …

 

SUR LE TERRAIN

 

Pour avoir essayé l’optique sur le terrain celle-ci se révèle très pratique : de par son format compact et le fait que le temps d’allumage soit suffisamment court pour arriver à vérifier des zones sans devoir la laisser allumée en permanence.

 

Le calibrage des plages de chaleur se fait naturellement (un peu comme l’appareil photo de smartphone quand il ajuste le contraste en fonction de la luminosité ambiante), suivant le mode de couleur choisi les personnes seront plus ou moins rapidement détectées.  Par contre au niveau rafraichissement la fréquence de  8 Hz est très/trop lente pour des objets mobiles.

En utilisation sur le terrain il faut différencier plusieurs niveaux de visualisation : de la détection (je vois quelque chose) à la reconnaissance (c’est un quadrupède) et enfin l’identification (c’est un chien !) qui se font à des distances différentes.

Le scout TK permet d’inspecter une zone d’environ 50m² devant vous lors de vos mouvements ou si vous suspectez une présence. Néanmoins il s’agit plus d’une lunette de spotting à court distance qu’une solution de visée pour le tir, ce que je veux dire c’est qu’une fois votre œil sorti de la bonnette de l’engin il ne sera pas forcement aisé de retrouver l’endroit repéré, les repères ne sont plus les mêmes et la végétation « froide » ne vous aura pas donné trop d’indications. Il serait utile d’avoir  un laser de repérage à l’usage de votre binôme ou de vos coéquipiers pour indiquer les zones à checker.

 

Voici quelques photos avec des exemples de la vie courante pour vous permettre d’apprécier l’intérêt de la chose

Un sèche-linge en fonctionnement – Une voiture à l’arrêt depuis 10 mn (le moteur et les pneus sont toujours chauds) – l’apéro avec des amis à 10 m

     

Enfin je voulais vous montrer quelque chose de plus concret pour nous airsofteurs avec l’idée de confronter une vision naturelle avec celle procurée par la vision thermique. Pour l’exemple « Charlie » est équipé d’une ghillie assez efficace.

 

  • Distance 15m

La personne est debout au centre de la photo avec un camouflage adapté, là où l’on ne distingue pas grand-chose l’imagerie thermique permet de repérer facilement l’individu.

La résolution de sortie du monoculaire est malheureusement assez faible pour une exploitation sur autre support, par contre dans la lunette on repère très facilement le sujet.

 

  • Distance 40 m

Toujours en plein milieu de la photo, dans une petite cuvette on devine la tête le reste étant masqué par la végétation, encore une fois la thermique se joue du couvert végétal  avec une chaleur rayonnante qui ressort

 

 

 

  • Distance 60 m

A cette distance on ne voit pas le bonhomme en vision réelle et même en vision thermique la définition du monoculaire avoue ses limites.

Nous avons essayé jusqu’à 90m où il faut savoir ce que l’on cherche pour deviner apercevoir l’individu, attention toutefois, comme signalé plus haut la température ambiante était de 29° ce qui réduit fortement l’écart avec les 34° extérieur d’un corps humain, il est probable que par 15° extérieur les choses soient sensiblement différentes.

Enfin, derrière un fumigène, et là on commence à percevoir l’intérêt de la chose car cette technologie permet de s’affranchir de tous ce qui bloque la vue : fumée, brouillard, etc. en fonction du gradient  de température.

 

Au final

Ce type de produit est extrêmement efficace en termes de détection, plus que le modele le T12 Pine mais qui lui est réticulé et peut servir de solution de visée ce qui n’est pas le cas ici. La résolution de 640*480 de l’écran est suffisante pour checker jusqu’à une petite centaine de mètres en fonction de l’environnement et de la tenue portée par la personne que vous recherchez.

Pour reprendre la comparaison avec le modèle précédemment evoqué ici on a une meilleure résolution mais une impression de flou là où je ressentais une sorte de pixellisation avec le modèle ultra compact de Torrey Pine.

On est sur un excellent rapport qualité prix pour découvrir la vision thermique (moins de 700 euro chez Terrang).

C’est pour l’instant le modèle généraliste que je conseillerais car orienté sur une grande plage d’utilisations.

 

Points positifs

  • Taille
  • Prix
  • efficacité

Point négatifs

  • Ne peut pas servir de visée
  • Quand on y a gouté on en veut plus !!

 

Entretemps j’ai pu tester dans des conditions « limitées » une version militaire avec un cout 20 fois plus important  et une efficacité proportionnelle. Autant ce type de modèle est inabordable et impossible à obtenir dans notre pays autant les performances sont archi bluffantes (détection à presque 3 km …) cela permet surtout d’imaginer ce qui sera disponible au grand public dans quelques années.

 

Je remercie TERRANG / MP –SEC pour le prêt de cette vision thermique, si vous êtes intéressé par le produit en utilisant le code « SNIPERLAND2018 » je vous ai négocié une petite réduction sympathique 😉

 

-GroquiK-

 

Catégorie:Review

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.