En bref Sniperland V6 !

SRS silverback airsoft

 

 

Cette review publié en octobre 2015 nous faisais découvrir un des premiers SRS silverback arrivé en France.

Il s’agissait plus d’une version beta que réellement une gen 1, depuis de nombreuses améliorations ont été apportées au srs vendus par Silverback airsoft, ce que nous verrons dans d’autres articles à venir.

 

 

RS

Desertech© est une société américaine fondée en 2007. L’objectif de cette société est de fabriquer des armes avec le meilleur ratio efficacité, fiabilité et compacité. Le concept bullpup permettant de raccourcir la longueur totale avec également une meilleure répartition de l’équilibre général.

Le slogan de la société est «  Tomorrows weapons » : les armes de demain.

Le SRS puis SRS-A1 est le modèle fer de lance : il s’agit de la première plateforme bullpup multi calibre au monde, celle-ci peut être convertie avec les calibres suivants .308 Winchester /.260 Remington / 6.5 Creedmoor /6.5×47 Lapua / 7mm Winchester Short Mag / .300 Winchester Magnum / .338 Lapua Magnum  ce qui permet une certaine versatilité … Il existe également un modèle de fusil de précision lourd, le « HTI » pour les calibres allant du .375 cheytac au .50 BMG,  ceci ayant pour but de pouvoir adapter le calibre en fonction des objectifs que ce soit pour une partie de chasse ou bien une utilisation tactique. A noter que le changement de canon prend moins d’une minute.

Les armes produites par Desertech© doivent répondre à plusieurs impératifs :

        Match grade autrement dit capables de répondre à des impératifs de précision de très haut niveau cela par la mise en œuvre de moyens tels que les canons flottants, du bloc détente.

        Fiable et résistant dans le temps

        Permettre un démontage-remontage des canons sans perdre le zérotage de ces derniers.

Dans le catalogue Desertech on trouvera également, dans peu temps, du fusil d’assaut et du Personal Defense Weapon, ces modèles étant toujours conçus avec un fonctionnement bullpup. 

Silverback airsoft a acquis les droits de reproduction airsoft de la gamme Desertech en 2015,  le SRS est le premier modèle de cette coopération.

Le modèle mis à ma disposition, pour pouvoir vous faire cette review avant le bouclage du bille de 6 d’automne, est une version de pré-production. Concrètement cela implique que le packaging et les pièces plastiques  seront optimisés sur les futurs  modèles de série, néanmoins toutes les parties métalliques et mécaniques seront  identiques.

VUE GLOBALE

Emballage

 

Il s’agit d’un carton de taille semblable à celui d’une m4 classique, à l’ouverture les différents éléments de la réplique sont disposés dans une mousse taillée aux bonnes dimensions afin que rien ne bouge.

La réplique est livrée démontée  le corps et le garde main assemblés,  le canon, le talon de crosse et la culasse disposés autour. Parmi les accessoires présents vous trouverez un sachet contenant les 4 clefs à Allen nécessaires pour le démontage et l’ajustage de la réplique, 4 rails ris supplémentaires et  un pot de graisse. Si on peut trouver parfois des rails bonus avec certaines répliques je n’ai pas souvent vu l’outillage et la graisse fournie   !  Cela donne un côté « on traite les acheteurs avec considération » qui fait toujours plaisir.    

Le modèle reçu est entièrement noir que ce soit la partie métallique ou bien la crosse,  il est prévu plusieurs couleurs de crosse : tan, od et noir lors de la commercialisation. La première vision donne  une impression de solidité et de modernisme avec un aspect assez massif, le coté bullpup n’y étant pas étranger.

 

 

 

Le SRS est l’acronyme de Stealth Recon Scout ou plus simplement pour nous « éclaireur furtif de reconnaissance » quand on le prend en main on comprend pourquoi : Le poids et la compacité sont remarquables  

 

La bébête pèse  3,10 kg dans la configuration fournie avec canon de 22”, à priori la plus équilibrée en termes de taille et d’esthétisme

 

DANS LE DÉTAIL

Corps/receveur

Il s’agit d’un châssis poutre monolithique sur lequel se fixe 2 coques en polymère. Sur ce châssis poutre vient se visser le garde main, celui ci est pourvu de filetages pour monter les rails picatiny fournis  en latéral ainsi qu’en dessous. On remarque également la présence d’encoches pour des anneaux QD.

 

La partie métallique est faite en CNC il s’agit d’aluminium  6061, de grade T5 à T6 : autrement dit de la qualité aéronautique gage d’une résistance importante ainsi qu’une excellente finition.

 

La réplique présente plusieurs marquages réalistes sur le châssis ceci grâce à l’accord de licence. Sur le côté gauche on relève «  US PATENT D584, 373 » ainsi que « MULTICALIBER » sur la partie droite « DT SRS », « DESERT TECH LLC, WEST VALLEY CITY, UT. » et enfin le numéro de série unique de votre réplique « SR00009 » pour la mienne. Et oui,  Silverback aime bien faire des répliques avec numéro de série unique : c’est classe et ça permet une identification en cas de perte ou vol, ces marquages sont usinés.

 

Il existe 3 canons disponibles avec la réplique ou en spare, suivant l’option que vous aurez choisi, ceux-ci sont de :

– 16″ pour un canon interne de 420 mm avec un pas de vis en 14- accessible en dévissant la bague de protection

– 22 pouces pour un canon interne de 578 mm avec un filetage  M24 au niveau du cache flamme, également  sous une bague de protection, mais aussi un 14 – en enlevant le cache flamme de .308

– 26″ avec un canon interne de 680 mm soit quasiment le canon du SVD qui est le plus long disponible en airsoft (plus long que le psg1+) ici aussi on retrouve un filetage 14- en démontant l’imposant cache flamme de 338.

Sur les 2 canons longs on note la présence d’un flutage avec une belle profondeur. La conception spécifique des canons permet d’avoir un hop-up propre à chacun d’eux mais nous verrons cela en détails un peu plus loin.

La crosse est composée de deux coques de nylon fibré fixées par 10 vis autour du châssis poutre. L’ensemble sonne bien épais, aucun couinement de plastique n’est à déplorer, l’ajustement des 2 coques est correct et ce même sur mon modèle de pré-série.

  

A l’arrière de la crosse on trouve le verrouillage / déverrouillage du chargeur celui-ci est ambidextre,  Il est à noter que sur ma version d’essai l’enclenchement du chargeur pose quelques difficultés. L’ingénieur chef de Silverback m’en avait fait part avant même l’envoi du modèle de test, c’est un des points sur lequel ils travaillent avant la fabrication à grande échelle des crosses.

 

Mécanisme

Bloc détente :

Le bloc détente permet plusieurs réglages afin de s’adapter aux exigences de l’utilisateur. Vous pouvez déplacer la détente pour qu’elle tombe naturellement sous votre index, il suffit de dévisser la BTR visible au 2/3 haut sur la détente et de faire coulisser l’ensemble comme il vous convient,

Vous pouvez également interférer sur la course de la détente il s’agit surtout d’un réglage de précontrainte permettant de limiter la course de la détente ce réglage influe également sur le poids de départ.

L’action sur la détente actionne le sear, celui-ci est spécifique sur le SRS ici pas de modèle à 45° donc pas de répercussion sur la dureté de la détente si vous montez un ressort plus puissant,

Le bloc hop up est directement intégré aux canons et comme sur le modèle RS cela permet de conserver le réglage en évitant la corvée  de devoir tout re-régler si vous désirez intervertir le canon.

 

Le cylindre du SRS est inversé par rapport aux bolts conventionnels avec  la poignée  en avant de celui-ci et non l’inverse, ceci s’explique pour des raisons de place et de volume d’air nécessaire à la propulsion de la bille. Le réarmement est également inversé c’est-à-dire que vous armez le piston en poussant le cylindre et non en le tirant, pour les anciens Smokey proposait un Barret m82 avec un système du même genre il y a 13 ans.

En bout de crosse on trouve talon de crosse, celui-ci est ajustable par un jeu de cale pour l’adapter à votre morphologie,  il est recouvert de caoutchouc pour éviter qu’il glisse en appui.

Sous le talon de crosse vous trouverez le monopod à ajustement automatique,

Chargeur :

Le chargeur est composé d’une coque en acier et d’un interne en nylon. Le tout s’avère assez fin avec un poids d’environ 200gr une fois graillé. Question capacité la fiche technique indique 30 billes mais on peut pousser à 35bb’s, ce que je déconseille pour éviter d’avachir le ressort. 

Démontage

Lors de la réception de la réplique il vous faudra la monter, cela s’avère d’une simplicité enfantine !

Je vous conseille de commencer par le canon, il suffit de le glisser dans le garde main en veillant bien à ce que l’ encoche de verrouillage se trouve vers le bas, arrivé en butée sur la goulotte de bille il faut d’abords verrouiller la vis sur le côté gauche de la réplique puis les 4 vis sur la partie droite le fabricant préconise de commencer par celle coté canon jusqu’à celle coté culasse,

Ensuite pour mettre la culasse il suffit de la faire glisser  à l’arrière du SRS, la poignée de la culasse étant sur l’avant à l’inverse de la plupart des bolt airsoft,  pour ce faire il faut appuyer sur la détente pour abaisser le piston sear avant de glisser la culasse dans le receiver.  Ensuite il vous reste plus qu’à monter le talon de crosse en le clipsant dans un mouvement de bas en haut.

 

Changement de canons

C’est le gros point fort de cette réplique ! Il suffit de 2 mn chrono en main pour changer de canon, Première chose : penser à enlever le chargeur et faire descendre les 2 billes qui sont dans la goulotte de chargement  (faire quelques va et viens avec la culasse puis tapoter à l’arrière de la réplique).

Ensuite il faut démonter les 4 vis du côté droit en commençant par celles coté culasse puis de donner un demi-tour au loquet de verrouillage côté gauche, le canon est désormais prêt à être inter changé,

 

 

 

Changement de garde main.

Pour le garde main c’est également très facile il faut démonter la petite vis présente au milieu du rail RIS supérieur. Cette vis maintient une sorte de maillon métallique qui verrouille le garde main parfaitement aligné. Une fois ceci effectué il suffit de dévisser le garde main, vous remarquerez l’épaisseur et la taille impressionnante du pas de vis ; Avant d’arriver à l’abîmer il faudra y aller au contraire de certains M4….

 

Le SRS est disponible avec 2 gardes mains : le modèle covert qui mesure 13,5 cm  et le modèle standard  long de 30cm.

Au final si l’on combine les 3 canons et les 2 gardes mains on arrive à 6 possibilités différentes, à votre disposition, suivant le type de partie ou votre préférence esthétique.

 

TIR

 

Impressions

Premiers tirs je nourris la bête à la 0.20 et je passe le tout au chrony.

Le point le plus déstabilisant concerne le réarmement, ce réarmement inversé est loin d’être usuel et cela se ressent. De plus il faut avoir une certaine poigne pour arriver à réarmer le cylindre, si on regarde d’un point de vue musculaire on a plus l’habitude d’exercer une traction avec le couple épaule / bras qu’une poussée. Bref pas évident sur les premiers tirs  surtout sur le dernier centimètre de course.

La détente s’avère agréable avec un poids de départ dans les 1kg par contre le piston claque assez fort surtout que l’oreille est juste au-dessus.

A noter que l’appui joue est réglable, dans mon cas je l’ai descendu au maximum pour avoir l’oeil bien en face de la lunette de tir. 

Au niveau puissance j’ai la chance d’avoir le setup complet avec les 3 canons, j’ai donc comparé les puissances à hop-up réglé, néanmoins il aurait fallu tirer une centaine de billes pour roder le joint, ce que je n’avais pas eu le temps d’effectuer,  pour rendre cet essai avant la date de bouclage.

Le joint est de type soft, le réglage de celui-ci par le hop-up est facilité par un accès direct  vous pouvez donc ajuster en temps réel l’appui en fonction de la trajectoire de la bille. Il s’effectue via 2 vis en appui direct à 45° de part et d’autre du plan vertical de la réplique ce qui permet d’éviter un éventuel effet de spin. La progressivité est bonne mais je trouve que le ressenti est trop souple, pas assez de feedback à mon goût.

Sur le canon court j’obtiens une moyenne de 410 fps avec un écart maximal de 7 fps  sur une série de 10 tir, sur le canon intermédiaire 390 fps avec un écart de 12 fps et enfin sur le canon long 320 fps avec 20 fps d’écart.

Pour les tests objectifs j’ai utilisé des billes de 0.36 mais la 0.40 est tout à fait utilisable le zerotage avait préalablement été effectué à 40m

  

10 m

 On obtient un superbe groupement de 3 cm sur 2cm  en centre bas de la cible

 

 

25 m

Le vent s’est levé, on groupe sur 7 * 5 cm

 

 

50m

4* 10cm il une bille n’a pas touché, mais la taille d’un melon à 50 m c’est plus que correct !!!

 

EN JEU

J’ai pu jouer avec la réplique pour la confronter aux réalités du terrain. Ma première impression c’est que la taille contenue permet de se faufiler ou faire un ramping sans avoir à se méfier des racines ou ronces dans lequel le canon ou la crosse ne manqueront pas de se nicher, les possesseurs de « canne à pêche » apprécieront.

L’équilibre est  bon permettant un port à une main sans souci, pour preuve de cet équilibre si vous posez le SRS sur la poignée il reste stable.

En termes de trajectoire la bille file droit sur à peu près 70 m avec une portée efficace d’environ 55 m (torse) où il pique encore bien.

AU FINAL

Le SRS est une réplique sympathique qui permet d’avoir un snipe original et performant.  Il devrait être disponible à la vente courant automne.  Le prix annoncé tournerait entre 500 et 600 usd suivant les options retenues.

Sur cette réplique silverback s’est efforcé d’être le plus conforme possible à l’original tout en proposant une réplique prévue pour joueurs et non pas un snipe juste bon à accrocher au mur.

L’ efficacité  permet d’avoir en sortie de boite une réplique redoutable sur le terrain ceci sans avoir recours à la case upgrade.

L’upgrade se limitera au  ressort, canon interne et joint hop-up  car le reste des pièces SBA ne bougera pas au vu de la qualité des matériaux, cela saute clairement à la vu et lors de  la prise en main !!
–>> et pourtant SBA a sorti plein de pieces au cours de ces dernières années, je vous prévois une suite à cet article  sous peu 😉

Points positifs

– compact

– rapport prix / qualité /efficacité

– originalité

– pas besoin d’upgrade

  indestructible ?

Points négatifs

– réarmement inversé pas facile à prendre en main

– bruit du cylindre

– coût ?

 

Je tiens à remercier toute l’équipe de silverback pour m’avait fait parvenir ce modèle en avant-première,  j’ai beaucoup apprécié le rôle de bêta testeur.  

                                                                                                                      Groquik

 

Catégorie:Review

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.