Technique de guerrilla Afghane

Allez papy, raconte nous encore comment tu as decimé l'equipe adverse bille à billes !
Avatar de l’utilisateur
Alumyx
membre du bureau
Messages : 10109
Inscription : 17 juin 2008 22:07
Localisation : Hong Kong
Contact :

Technique de guerrilla Afghane

Message par Alumyx » 23 avr. 2014 22:53

Voilà pour la mise en situation : nous sommes le dimanche 20 avril 2014, en pleine OP Helmand Inferno, une OP milsim/reenact Afghanistant. Je joue un gentil villageois, mais à la demande de l'orga, je dois tenter de sortir quelques membres du groupe MARSOC (U.S. Marine Corps Forces, Special Operations Command), histoire de leur mettre un bon gros coup de pression... Ma fois, pourquoi pas, à condition de retrouver ce groupe de 8 joueurs sur un terrain relativement grand.

Après avoir tourné un bon moment dans la nature sans rencontrer le groupe en question, la chance finit par me rattraper alors que je suis de retour au village : un groupe de 4 MARSOC est en progression en direction de la FOB. L'un des leurs est blessé, il sautille sur une jambe épaulé par un équipier. Les 4 joueurs sont distrait par les membres du village qui leur proposent leur aide, et ils ne m'ont pas repéré avec mon bolt de plus d'un mètre 30 ! Ni vu ni connu, je m'enfonce dans la lisière du bois sur une dizaine de mètre, cache mon fusil derrière un buisson, puis reviens vers le groupe qui est maintenant à mon niveau. Deux d'entre eux me braquent avant de se rendre compte que je ne suis pas armé : « c'est bon, c'est un villageois ». Je leur propose mon aide (hum hum...), mais ces dernier sont pressés et me demande « poliment » d'aller voir ailleurs s'ils-y sont...

Jusque là, je ne savais pas trop comment m'y prendre : un groupe de 4, même avec un blessé, ce n'est pas évident à gérer. Mais sous mes yeux ébahis, les MARSOC se scindent en 2 groupes de 2, et chacun me tournent le dos ! Un premier groupe revient vers le village pendant que le blessé appuyé sur son camarade continue clopin-clopant vers la FOB. Aucun ne semble accorder la moindre importance à ma position... Ni une ni deux, je retourner chercher ma cane à pèche et son chargeur de 5 billes de 0,40 ! Il va falloir le jouer finement : pour des raisons de RP, je n'ai qu'un seul chargeur, et je n'aurais donc droit qu'à une seule erreur !

Alors que les 2 joueurs valides sont déjà aux portes du village à une 30ène de mètre de moi, j'épaule à bras franc le bolt derrière un buisson, et je loge une 0,40 en plein dans le dos du premier joueur qui s'écroule aussitôt. J'ai à peine le temps de recharger à la vitesse grand V que son coéquipier se retourne. La deuxième bille vient le frapper en plein buste après que nos regards se soient croisé l'espace d'une fraction de seconde.
Déjà, des villageois armés accourent dans ma direction. Sans hésiter, ils ouvrent le feu sur des buissons pour faire diversion ! Aussitôt, je fais volte face, et pars en courant dans la direction opposé, où les deux autres joueurs ont disparu derrière un virage. La piste traverse un sous bois, puis redescend en direction de la FOB, à guère plus de 100 mètre de là.

Tout en courant, je chambre ma 3ème bille dans le hopup. Pourvus qu'ils n'aient pas entendu les tirs, sinon, je vais me faire cueillir comme un lapin ! Mais non, mes deux tangos continuent gentiment leur chemin à une 40ène de mètres de moi. Entre le stress et mon 50 mètre sprint, j'ai le cœur qui bat à 100 à l'heure ! Rater un tir maintenant, c'est l'assurance de voir sortir une patrouille de la FOB dans les 30 secondes qui suivent. J'épaule à nouveau à bras franc, et aligne dans mon réticule le blessé. La bille vient claquer sèchement sur le cordura de la CIRAS. Sans quitter la lunette des yeux, je chambre mon avant dernière bille. Le porteur marque une seconde d'hésitation devant la chute de son équipier, et alors qu'il se retourne en épaulant son M4, je lui loge une 0,40 sous l'aisselle gauche.

Inutile de tergiverser, avec une seule bille dans le chargeur, il est temps de filer ! Je pars comme un éclair sous le couvert de la lisière du bois en direction du village. Rapidement, je rejoins mon campement par un sentier dérobé, cache le bolt sous mon lit, et rejoins mes camarades villageois qui transportent les deux premiers blessé dans la tente du chef. Une terrible crainte me taraude : si le joueur dont j'ai croisé le regard me reconnais, il va me dénoncer, et ça en sera fini de moi ! Aussi, je m'approche de lui avec un couteau caché sous ma veste. Mais ce dernier ne semble pas capable de faire la liaison entre le tireur embusqué et ce villageois essoufflé qui lui propose son aide ! Ouf, mission accompli !

Cette OP était pour moi l'occasion de baptiser le Mle. 1896 (custom steampunk). Et malgré son encombrement et son poids, le « monstre » s'est révélé d'une grande efficacité dans ces situations de guérilla. Il va de sois que l'action narré ci dessus n'a été possible uniquement à cause du rôle play qui brouillait en permanence les pistes entre les villageois et les rebelles. Je pense aussi que diviser le groupe de quattre en deux équipes de deux était une grosse erreur stratégique de la part du MARSOC : tant mieux pour moi, j'ai su en tirer parti !

Image
Image

Avatar de l’utilisateur
switch
one shot one out !
Messages : 1524
Inscription : 02 mars 2011 21:19

Re: Technique de guerrilla Afghane

Message par switch » 24 avr. 2014 21:51

Moralité : toujours serflexer les villageois qui s'approchent un peu trop même non armés :mrgreen:
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Ariegeboy
membre du bureau
Messages : 4327
Inscription : 01 juin 2012 17:28
Localisation : Toulouse / Ariège

Re: Technique de guerrilla Afghane

Message par Ariegeboy » 24 avr. 2014 22:16

C'est quand même plus facile d'être sniper que de faire du maintien de la paix :mrgreen:

Au Concord j'ai voulu flinguer Sebastos et JED "par sécurité".
#Bagarre&Saucifflard

Avatar de l’utilisateur
Panda
one shot one out !
Messages : 794
Inscription : 06 avr. 2011 14:26
Localisation : Paris

Re: Technique de guerrilla Afghane

Message par Panda » 25 avr. 2014 10:53

C'est cool comme histoire, j'ai bien aimé le passage de la "sécurisation" du soldat touché juste comme ça au cas où rien de personnel xD

Donc je retiens, si lors d'une OP je trouve un village rempli de villageois bayonnés et serreflexé je sais que switch est passé par là?
Epèle le mot taciturne! S-N-I-P-E-R, taciturne!

Répondre