Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Allez papy, raconte nous encore comment tu as decimé l'equipe adverse bille à billes !
Avatar de l’utilisateur
Renan
one shot one out !
Messages : 5389
Inscription : 11 juin 2010 7:51
Localisation : Gard
Contact :

Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Renan » 26 juin 2012 13:38

Et voici mon retex RP du Cheyenne!

Opération "Cheyene Tactical Event"

Sniper: Jean a.k.a Mossyoak
Spoter: Renan a.k.a Plantigrade

Vendredi 22 juin, aux alentour de midi, dans une petite maison reculée d'un petit village du gard, niché entre deux falaise.
La journée s'annonce chaude alors que je charge méthodiquement mon matériel dans ma petite voiture civile afin de rejoindre le point de rendez-vous d'où partira le convoi qui devra me mener sur la FOB des abeilles.
Mon partenaire habituel retenu en Angleterre pour raison familiale ne sera pas avec moi cette fois-ci. Je devrais escorter un civil bien connue du leader de mon unité. Un tireur d'exception. mon rôle se bornera a l'assister pour qu'il puisse en toute quiétude, loger une balle dans le cœur de notre future cible...
Je n'aime pas travailler a l'improviste avec quelqu'un que je ne connais que de loin mais, baste, il faudra faire avec...

14h45, il est temps de partir, je monte dans mon véhicule avec ma compagne pour rejoindre le point de rendez-vous, le parking d'un fast-food situé sur le trajet d'une autoroute. Cette fois-ci, j'y suis, plus moyen de reculer, il faudra aller jusqu'au bout. Depuis que j'ai rejoint l'unité IRBIS affilié a Philanthropy, c'est ma première mission hors cadre. Espérons que tout se passe bien...

15h30, le combi gris métallisé de mon sniper entre dans le parking, il ne nous faut que quelque minute pour charger mon matériel et faire connaissance avec la fine équipe présente. Deux autres binômes nous accompagnent ainsi qu'un sniper isolé qui sera rejoins par son spoter une fois sur place. J'embrasse une dernière fois ma compagne avant de monter a bord et de partir vers l'inconnu...

19h30, on peut dire que ça commence bien... Un embouteillage nous a retenu pendant deux heures et la fatigue qui s'en suit n'arrange pas les choses. Sur le parking de la FOB, deux opérateurs nous attendent et nous accueillent! Je reconnais aussi un ex-collègue rencontré sur une mission qui s'était très mal passée. Juste le temps de dire bonjours et un premier convoie est acheminé en combi sur zone. Moins d'une heure plus tard, c'est notre tour a Jean et a moi. Nous montons a bord d'une vielle Willis après avoir chargé nos affaire en remorque. L'assention prendra une vingtaine de minute.

20h30, mon campement est monté. Je me suis équipé et ai pu engager la conversation avec d'autre binômes présent pour cette mission d'un genre particulier. Abattre presque simultanément les 15 leader d'une organisation terroriste voulant se doter de la bombe. Il n'y a pas deux équipe de la même nationalité. Tout ceci ressemble fortement a une tentative étasunienne de masquer leur ingérences dans la politique Iranienne... Assis devant ma tente, pied nu dans l'herbe, je me restaure tout en réfléchissant a ce que tout ceci implique...

22h peut-être un peu plus... Le leader sur la zone nous convie a un petit pré-briefing accompagné d'un verre. Le doute m'étreint, je prétexte de chercher quelque chose dans ma tente avant de glisser dans ma poche mon colt 25 chargé. On est jamais trop prudent. Le briefing nous réserve une surprise, l'opération n'aura pas lieu sur sol Iranien comme prévu mais dans différents pays de l'OTAN où les services de renseignement ont mis à jour un vaste complot visant a mettre en avant l'illégitimité de la présence des forces étasuniennes au moyen orient. Notre mission est de faire tomber les têtes des leader! Si cela ne choque pas mon sniper, ça me gène personnellement... Mais trop tard pour se rétracter, mes supérieurs ont décidé de prêter main forte a cette opération, je suis sous leurs ordres a présent.

23h30, il est temps de s'excuser pour aller se reposer. Je dois être près et en mesure de a 2h30, je me prévois un levé a 2h pour prendre le temps de m'équiper. Le temps de revoir mon paquetage et grailler mes chargeurs, je m'allonge sur mon matelas enroulé dans mon duvet et ne tarde pas a m'endormir d'un sommeil entre-coupé de courte période de veille...

Samedi 23 Juin, FOB des abeilles, 2h du matin. Cette fois il est temps, je sors de ma tente et m'équipe rapidement. Je termine la révision de mon matériel par un maquillage faciale avant de coiffer mon béret rouge (une façon habile de tromper d'éventuels observateur sur ma nationalité et mon origine) et de fixer mon AWSM a sa sangle. Je termine a peine ma préparation que le rassemblement est donné. Un dernier briefing et nous sommes embraqués dans les Black-hawk pour un largage en règle. Je me fais la réflexion que notre appareil semble quelque peu vétuste, impression confirmé quelques kilomètre plus loin quand une panne de turbine nous obligera a nous arrêter pour réparer. Pendant les 2h que durerons le vol, le plus dur ne sera pas le stress mais les goût musicaux du pilote.

6h20, les roues de notre appareil touche le sol et nous jaillissons de la carlingue vrombissante, au moins aussi content d'échapper au secousse de l'engin hors d'âge qu'au bellement de Claude François (qu'il croupisse un milliard d'année dans le cloaque des enfer...). Notre agent de liaison nous confie notre ordre de mission sous pli scellé.
Mon sniper et moi descendons a couvert d'un chemin et prenons le temps d'en étudier le contenu. Entre 10h20 et 10h24, il nous faudra être en vue de notre objectif situé a 9km a vol d'oiseau. J'étudie la carte pour proposer a mon partenaire un itinéraire que j'estime "sûr" en lui faisant par de mes soupçons sur d'éventuels points de contrôles. Notre itinéraire devrait nous amener près d'une fontaine, je décide donc d'alléger mon paquetage d'un litre d'eau. Il m'en restera 2 pour la distance que je vais avoir a faire, c'est peu, mais suffisant!

6h40, nous nous mettons en route. Par chance, notre trajet se fera principalement en dénivelé négatif. Nous nous engageons dans la pente et je ne tarde pas a réaliser que mon partenaire, chasseurs de profession, est autrement plus a l'aise que moi sur ce terrain. Je lui laisse donc la main et me borne a protéger ses arrières. Nous n'avons pas fait 300m qu'un mouvement sur une route que nous devons traversé nous attire l'oeil. Nous nous fixons et attendons... Il s'agit d'un binôme russe, déambulant sans gène en plein milieu du chemin. Mossy et moi échangeons un regard de connivence avant de reprendre notre chemin.

9h13, nous avons parcouru 2km200 quand nous décidons de faire une pose topographique. J'en profite pour noter notre position, notre progression et notre horaire de passage. La suite du déplacement vas nous obliger a longer des sentier et des chemins forestier de très près et même d'en traverser quelques uns. Devant l'absence d'opposition notable, nous décidons d'accélérer le rythme et d'avance de façon plus "brutale".

10h00, le choix semble judicieux, nous entendons régulièrement un troupeau et son berger au loin qui semble prendre a peu près la même direction que nous. C'est couvert par le bellement des brebis que nous progressons.

10h45, nous sommes en vue de la difficulté de cet itinéraire. Une départementale sur laquelle a lieu un rassemblement sportif, une course cycliste devant réunir plusieurs millier de personnes. Et, a l'oreille, il semble qu'il y ait des supporter pile a l'endroit que nous avions choisi pour traverser.
Nous progressons aux aguets et nous stoppons a 20m du bord de la route qui est fond d'une combe.
La difficulté n'est pas d'identifier les coureurs qui descende, que l'on entend parfaitement arriver, mais d'identifier ceux qui remonte qui sont, eux, épuisé mais inaudible. Après un temps d'observation nous décidons simplement de traverser en courant. Sitôt décidé, sitôt fait. La traversée se fait sans la moindre anicroche.
13h30, nous ne somme plus qu'a 3km de notre dernière zone d'arrêt, située a 800m de notre pas de tir. Nous décidons de nous arrêter et de mettre a profit notre avance sur l'horaire pour se faire une bonne sieste après un bon repas. L'idée est aussi d'éviter les heures les plus chaudes. Je regrette finalement d'avoir lâché de l'eau sur notre zone de largage, je ne me sens pas aussi frais que je l'aurais souhaité...
Après avoir avalé ma ration du midi, je me débarrasse de mon matériel pendant que mon tireur accroche son hamac. Je m'allonge la tête sur ma ghillie, moustiquaire sur le visage et P226 en main, vigilant malgré la fatigue, je serais en alerte au moindre bruit suspect...
Y compris les ronflement de mon tireur!

16h30, nous nous remettons en route vers notre avant dernier objectif, la fontaine "Breyguette".

18h00, cruelle désillusion, la fontaine est a sec. Je n'ai plus que 750ml d'eau, je vais avoir du mal...

19h30, nous sommes en vue de notre objectif, a moins de 1km500 de notre pas de tir. Et nous sommes devant une difficulté peu prévue. Une coupe franche dans une zone boisée qu'il nous faut traverser. Nous serons complètement a découvert et cela ne me plait absolument pas...
Mais quoiqu'il en soit, je prend les devant. J'allume ma radio sur canal 7, Mossy fait de même et je m'engage a découvert, vigilant, avec une avance de 200m. La traversée, une fois encore n'aura posé aucun soucis. De l'autre coté de la zone déboisé je lance un "Secteur Clear" a mon tireur qui me rejoint rapidement. Nous décidons de trouver une zone boisée dense où nous enterrer jusqu'à demain matin. Le départ sera donné a 4h30 pour finir notre approche dans le feutré!

20h30, une micro-clairière nous offre 3 pins où s'adosser ou pendre son hamac selon le cas. Je prépare une ration chaude pour deux que nous mangeons avec plaisir. La bouffe chaude, ça fait vraiment du bien au moral. J'entreprends ensuite de m'équiper de ma ghillie pendant que mon tireur végétalise son poncho. Je dormirais allonger sur le ventre, P226 au poing...

Dimanche 24 juin, a 800m de l'objectif final, 1h00 du matin, impossible de fermer l'œil. entre les bruit des patrouilles pas loin et une envie de pisser modèle grand format, la nuit est très loin de ce que j'avais pu espérer...

3h00, je crois que c'est le problème le plus gênant que j'ai pu vivre... Une envie de pisser a s'arracher les c******* mais être incapable de parvenir a la satisfaire! Je ne le souhaite pas même a mon prie ennemis...

4h00, il est temps de se préparer a partir. Un dernier effort mental digne d'un fakir ou d'un moine zen me permet de régler mon problème tuyauterie! C'est l'esprit libre et la vessie alléger que je vais pouvoir monter au feu!

4h30, nous entamons les dernier 800m qui nous sépare de notre pas de tir. Jamais vu une forêt aussi dense et aussi croustillante! Les aiguilles, les branches mortes et les pomme de pins croustillent comme un plein sac de céréal. Une horreur...

5h45, nous contournons un binôme avant de voir, par une trouée, une clairière où flotte un drapeau américain.

6h00, nous nous choisissons un premier pas de tir a 67m de ce que nous supposons être la position de notre cible. Sous les directive de Mossy et malgré une panne de radio, j'entreprends de dégager le terrain pour que la ligne de tir soit la plus propre possible. Je reviens ensuite m'enterrer a coté de mon tireur. Je consulte les abaques et lui donne une première correction en fonction de la distance.

6h45, un véhicule de patrouille viens vérifier la zone. En l'observant, nous en déduisons qu'il nous faut changer notre axe de tir! nous risquons d'être dans le dos de la cible. Je passe devant pour sécuriser la zone. A peine ai-je fais 3 pas a découvert que le bruit caractéristique d'un moteur de jeep me paralyse. Je me courbe doucement sur un buisson et m'en remet a mon camouflage.
La jeep passe, je suis sain et sauf. Un petit sprint nous ramène a couvert par un passage de cailloux plus que sonore... J'ai l'impression de marcher sur un xylophone...

7h00 parvenu a l'inverse exacte de notre précédente position, mon sniper se choisi un nouvel axe de tir a 69m de sa cible. Comme précédemment, armé de mon seul P226, je dégage les branches et les herbes pour que la ligne de tir soit la plus propre possible. Il m'est impossible de spotter correctement la trajectoire, le tir se fera debout en appui sur le tronc d'un pin. Ce sera a Mossy de confirmer lui-même son impact, je veillerais a sa sécurité et a lui donner la correction grâce aux abaques. Nous enterrons nos a*mes sur le pas de tir avant de nous replier, d'une paire de mètre en arrière et de 6m sur la gauche. Nous nous enterrons sous un buissons et partageons les dernière réserve d'eau de mon tireur ce qui m'évite de me déshydrater complètement.

9h00 environs. Un bruit de pas me tire de ma somnolence. La main sur le P226, silencieux engagé, je me redresse très légèrement pour voir un individu a moins de 10m de moi, équipé d'un gilet tactique noir et d'un P90. Je pointe mon arme dans sa direction et un léger bruissement de feuille m'indique que Mossy fais de même...
Je suis presque sûr qu'il s'agit d'un ENI, mais j'attends confirmation. Je ne ferais feu que si je ne peu plus faire autrement. Le bonhomme est suivi d'un sniper en ghillie! Il s'agit donc d'un binôme. Mais ils ne nous ont toujours pas remarqué... Ils se rapproche même dangereusement de nous.
Le binôme fait un point topo a moins 1m50 de nous. Je pourrais le coller mon silencieux dans le cul juste en tendant le bras. Il finissent par s'éloigner pour choisir un autre poste de tir et d'observation...

10h00, il est temps de se mettre en place. Avec un luxe de précaution, nous rejoignons nos fusil,les dégageons de leurs gangue végétale et nous apprêtons à engager notre cible. Ma montre, synchronisée avec celle du Leader de la FOB des Abeilles devra servir de top de référence...

10h15, Mossyoak demande l'autorisation de se lever pour prendre sa ligne de tir, je sors les abaques de mon gilet ainsi que l'anémomètre et je lui donne l'autorisation. Le vent est trop faible dans le sous-bois pour être mesuré. Nous vérifions la distance et je lui redonne la mise au point. A 68m, elle est d'une minute.

10h17, Mossy me demande l'autorisation d'engager! Je lui réponds que je lui donnerais le top.

10h19, le coup de feu claque. Je regarde ahuri mon tireur! Mais qu'est ce qui lui est passé par la tête? "Mossyyy! Mais qu'est ce que tu as fais!??" réponse de l'intéressé: "il est 21 a ma montre!"
Oui, mais pas a la mienne...

10h20, le premier coup de feu a froller la cible qui ne s'est rendu compte de rien, l'age sans doute... Le deuxième tir rate de peu la cible et le troisième vient la traverser de part en part. Je n'ai rien vu mais j'ai dans le réticule de ma lunette, un garde du corps qui nous cherche du regard.

10h23, Mossy se ré-accroupi en attendant que la situation se tasse...

10h24, les forces armées intervienne et les gardes du corps sont maîtrisé. Un responsable de l'administration nous contact! Ils veulent authentifier le tir! Je n'ai jamais été un grand fana de la bureaucratie.

11h00, la mission est un succès! Sur les 15 cibles désignée, toutes sauf 2 ont été abattues!
J'ai eue l'honneur de servir l'auteur du tir longue distance le plus éloigné de la cible avec 68m authentifié!

Le retour a ma vie normal se fera sans encombre, des images plein la tête...
Dernière modification par Renan le 26 juin 2012 15:10, modifié 1 fois.
Image
"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette au fraises de nos illusions"
Boulet

Mich-Mich
one shot one out !
Messages : 2889
Inscription : 12 oct. 2009 14:01

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Mich-Mich » 26 juin 2012 14:36

Joli récit Renan! Juste une toute petite minuscule correctien cependant: les Black Hawk ne sont pas équipés de patins mais de roues, 3 pour être précis, tu confonds probablement avec les Huey
Anytime baby...!
MMT338ALM user
SRS A1 SE co-designer
Nightforce 5.5-22x50 NXS user
CAA Roni B2 and Aimpoint CompM2 user
Mini Mich-Mich, une petite merveille!
Optics lover

Image

Avatar de l’utilisateur
Renan
one shot one out !
Messages : 5389
Inscription : 11 juin 2010 7:51
Localisation : Gard
Contact :

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Renan » 26 juin 2012 15:11

Très juste! Corrigé =3
Image
"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette au fraises de nos illusions"
Boulet

Avatar de l’utilisateur
Nino
sharpshooter
Messages : 236
Inscription : 26 juin 2011 15:37
Localisation : La Rochelle

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Nino » 26 juin 2012 15:12

Génial, un plaisir à lire. Merci à toi et bravo à vous :wink:
-hé sniper, tu vois du monde ?
-Oui ...
-Ils sont où ?
-Trop loin pour toi.

Avatar de l’utilisateur
Alumyx
membre du bureau
Messages : 10109
Inscription : 17 juin 2008 22:07
Localisation : Hong Kong
Contact :

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Alumyx » 26 juin 2012 16:05

Et merci pour les références à Irbis ! :mrgreen: Tu me files envi de pondre le mien sur le même ton. :wink:
Image

Avatar de l’utilisateur
Eagle4.
sharpshooter
Messages : 142
Inscription : 13 févr. 2011 17:05
Localisation : Loire

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Eagle4. » 26 juin 2012 16:06

Chouette récit! :wink:

Avatar de l’utilisateur
Ilpittore
sharpshooter
Messages : 220
Inscription : 16 mars 2012 21:10

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Ilpittore » 27 juin 2012 1:12

Superbe recit Renan, ca donne envie tout ca !
Image

Avatar de l’utilisateur
dusty
one shot one out !
Messages : 270
Inscription : 29 mars 2011 0:01
Localisation : Haut de France

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par dusty » 28 juin 2012 13:04

Binôme2: Sniper JEX /Spoter Dusty

...la lumière verte s'allume,c'est notre première mission en TP... nous sautons de l'hélico ou un opérateur nous attends pour nous délivrer une enveloppe marron scellée qui nous remet après nous avoir conduit sur le point ZL.

Il est 5H17 et le soleil pointe a peine. c'est d'ailleur lui qui nous donnera l'EST et avec l'indication d'un écriteau indiquant que le mont Serein est derrière nous, il nous à pas fallu plus de 10min pour nous identifier sur la carte (je demandais à Jex de lever les bras voir si je le repérais sur la carte mais en vains...)
Image

Les dés étaient jeté: LOICH BRIDOUCH était l'homme à abattre sur une zone sans coordonnée mais simplement avec une balise "PR" entouré sur un extrait de carte.
Nous calculons la distance est 3 itinéraires possible, notre choix c'est porté sur celui qui nous donnerait suffisement d'avance le matin pour nous permettre d'être un temps en avance sur les éventuelle traque des troupes autoctones. l'idée étant d'être là ou on nous attends mais AVANT qu'on nous y attende. il est 5H50 et nous sommes à 1350m d'Alt. Il est temps de partir...
Image


8H47 1670m d'Alt, c'est après une ascension depuis le GF9 que nous nous retrouvons 90m au dessus de "la tête des graves" et c'est depuis un poste qui cache la découpe de nos silouhette sur la tranche du sommet que nous repérons l'activité de la vallée qui s'étale devant nous. Route et leurs fréquences de leurs utilisations, Habitation et infrastructure et surtout la zone où est censé ce trouver notre colis ainsi que tout les axe et autre relief nous permettant d'y accéder en évitant les zone a risque (car maintenant qu'on a de l'avance, le but est de marcher de façon régulière en évitant d’attirer l'attention, les chemin seront dorénavant éviter au maximum) le choix de progressions est simple: coordonnée inscrite au bras, progression dans l'axe N/S et controle de la dérive par GPS de l'axe E/O afin d'éviter les pause "topo"
Image

9H15, nous avons pris le temps de bien préparer le reste de la progression en observant car à partir de maintenant notre "prototype de nav" nous évitera d'analyser plus tard la carte (bien que ce soit possible de le faire au cas ou) nous entamons donc la descente lorsque vers la vallée lorsqu'un hélico ce fait entendre, le bruit d'istinctif du retor nous laisse deviner qu'il s'agit d'un VW! nous étions déja loin lorsqu'il arriva.
Image

11H23, nous nous situons au abord d'une route, cacher dans la verdure, l'endroit est détacher de notre itinéraire pour éviter que la logique des patrouilleurs les amène sur nous, car nous devont dormir et nous restauré.

13H, la route est traversé après avoir trouver un crénaux entre deux grappes de cycliste, le passage fut sans contact ni encombre.
Image

15H12, nous approchons de la chapel St Jean lorsque nous croisons un binôme qui nous dépasse probablement sans nous voir. il est 17H38 lorsque nous arrivons aux ravins des boyers. il fait encore trop chaud et trop jour pour tenté une paroche à moin d'1km de la Zone Colis, du coup on décide faire une sieste de 2H30. Ainsi 19H, le soleil déclinant rapidement, nous avons repris la progression jusqu'a la possible zone du colis.
Image

20H57, notre bivouac est établis à moins de 800m de notre "Pas de tir" désormais identifier, nous attendront le levé du soleil pour faire notre ultime progression SANS notre paquetage, mais pour l'heure nous profitons de notre trou pour nous dormir (encore) MDR

5H debout, ghillie enfiler, campement camouflé et en route vers un petit spote repéré la veille pour nous végétaliser.
Image

6H23 nous voilà tranquilement arriver sur notre pas de tir, la cible et identifier, elle ce tien fièrement devant nous à 50m environ. notre spote est idéal pour observer sans être vu, de plus vu l'heure, personne ne s'affère ni ne s'attends a nous voir.

Jex pique un roupillons pendant que j'observe les alentours.

Nous sommes de vrais fantôme! jusqu'a 9H47 où... j'éternue!!!!!!! purée d'alergie! Jex peste sur moi pendant qu'un des patrouilleurs, sans me repéré visuellement, me dit: "a tes souhait"! manquait plus que ça.

Notre crénaux est de 10H/10H04, pas moyen de progresser discrètement après notre mésaventure, je dit donc à Jex d'ava,ncer en rempant pendant que j'occupe les patrouilleurs! il m'aura fallu en Outer 5 pendant que Jex effectuais ces tirs au travers des racine d'une souche retourné 20M devant nous!

Plus un patrouilleur pour riposter, tous Out et déja le temps était écouler si bien qu'un seul tir fu valider...impact pleine fémorale à 46m!

fin des tir pour notre zone, le paquetage est récupéré et nous migrons vers le campement général!
Image
(jex est tout à gauche)
Serieux nous avons pris notre pied a partager cette aventure avec des gars comme vous, ces même gars avec qui j'ai apris sur les forum ce que voulais dir réellement "sniper en airsoft"! c'est vous tous qui nous avez donner l'envie d'en arriver là et l'avoir partager avec vous sur le ventoux c'est tout bonnement magique!

Ah oui j'oubliais! la paêlla à été magique un grand MERCI à GUNcontrol!
Image

Nous avons passer la soiré de dimanche à l'hotel à récapituler et réviser ce que nous avons appris ce week end, nous remémoré les passage les plus épique mais aussi ce répéter la bonne humeur que nous avons rencontrer chez vous. Pourtant des OP nous en avons fait pas mal depuis ces 10 dernières année... Le secret résiderait surement dans le dosage entre effort et faisabilité!

Un grand bravo à Renan et Mossy pour la plus grande distance de tir!
Image

Un grand bravo à nos amis abbevillois TAL et KEKEDJ pour la précision de leurs tirs! (les deux dans la tête, même à une trentaine de mêtre c'est plutot jolis!)
Image

Jex et moi vous remercions pour l'aventure vécue ainsi que pour le partage! nous sommes venu en "élève" et sommes repartit comblé!


Dusty
Image

...du bon coté de la lunette...

Avatar de l’utilisateur
Cassius
sharpshooter
Messages : 224
Inscription : 24 août 2011 13:40

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Cassius » 28 juin 2012 14:10

Binome 9:
Nom de code: Twin Doctor
Sniper: Warthog
Spotter: Cassius

Le récit:


Prologue:
Tout commence il y a un an lorsque que Greg Hanson lâche sur le forum Sniper Land qu'il prépare une OP de snipe. A ce moment les choses sont encore floues mais le discours est carré et on est tout de suite séduit avec Warthog... Initialement prévu pour début 2012, il faudra attendre 6 mois de plus... L'occasion de se préparer activement à cet événement!


Pour se faire, séance de cardio et de musculation au programme, il faudra porter une lourde charge plusieurs heures durant en terrain accidenté... Je pense que la préparation physique était bonne, en revanche, Paris et des emplois du temps très chargés pour nous deux nous empêchent de nous entrainer réellement aux situations de tir... C'est ce qui pêchera a la fin!


Chapitre premier: Le voyage


22/6/2012: J'ai pris ma journée pour bien dormir et partir dans de bonnes conditions, les sacs sont bouclés, Drag bag LBT dans la main et Tac Attack sur le dos, je prends la direction de la Gare de Lyon après une plâtrée de pâtes. Là bas je retrouve Warthog, chargé comme un sixième.

15h07: Le voyage en train est l'occasion de quelques échanges et d'une sieste alors que la pression monte. Nous partageons une délicieuse barre protéinée entre deux siestes.Warthog m'avouera qu'il préfère manger de la craie, c est dix fois meilleur selon lui...


18h05: On transite de la gare au col des abeilles à bord d'une splendide chevrolet spark, dont le confort de conduite équivaut celui d'un tracteur et le design celui d'une smart en phase terminale.

20h30: Arrivés la bas, quelques joueurs nous attendent autour d'un magnifique VW d'époque! Une fort belle pièce que nous retrouverons un peu plus tard dans la soirée... L'occasion de croiser les membres de Sniperland que je ne connais pas autrement que par le forum, je reconnais tout de suite le collègue physiciens de la troupe... Note pour plus tard: L'accent du sud ne se perçoit que très mal sur les forums et c'est fort dommage!

21h: Le camps est superbement aménagé. Un large espace est réservé aux participants. Nous serrons quelques mains, et rencontrant avec plaisir pour la première fois quelques snipers bien connus... Voulant profiter des dernières lueurs du jour pour régler le matériel de tir, nous nous empressons de déposer nos sacs et de se mettre en quête d'un pas de tir. Le SPR est régulier mais ne semble pas porter bien loin, je tente rapidement de roder le nouveau joint, je ne tire pas à plus de 50m, mais qu'à cela ne tienne, je ne devrais de toute façon pas avoir à m'en servir... L'APS2 de mon sniper est au rendez vous et c'est l'essentiel..


21h30: La nuit tombe et nous retournons vers le camps pour préparer un peu plus nos affaires. C'est l'occasion d'entamer la discussion avec Van et Nuage, nos voisins de campement alors que Renan nous fait la démonstration des fameux auto chauffant!


22h00: Briefing de l'amitié autour d'un verre. Les orga, comme les joueurs, sont tous adorables, amicaux et accessibles. Apres les derniers deboires connus en OP, c'est un plaisir de retrouver une ambiance aussi chaleureuse. Les discussions vont bon train, l'occasion de rencontrer Groquik, de parler avec Alumyx ou de faire la connaisse d'Hydre94. Cette OP s'annonce très bien!


23h30: Retour au camp pour dormir, la faim se fait sentir et j'entraine mon binôme avec son JetBoil vers un lieu sécuriser pour déguster un délicieux Aligot Aveyronnais avant de dormir! Les orga nous acceuillent, lorsque tout à coup, vers 0h Papounet revient la mine défaite et nous demande de partir pour un brief orga urgent... :/

23/6/2012:

00h10: Je me couche sur ma CV simplement vêtu de ma polaire, il fait bon... Je m'endors pour une bonne demi heure et me réveille a cause du froid, je rajoute la Hardshell et me rendors 30 min... apres 20min dans le froid à ne pas pouvoir fermer l'oeil je me decide à sortir mon sac de couchage... et m'endors correctement vers 1h30... Grosse erreur de ma part, j'aurais dû commencer par ça et mieux dormir, les conséquences se feront sentir le lendemain...

2h30: coup de sifflet, tout le monde debout pour le briefing avec paquetage complet! Les choses sérieuses commencent, je roule le sac de couchage et son bivy, enfile mon recon kit bag et me mange un chargeur dans les dents, je suis pas encore réveillé... 3h00, le brief commence, l'excitation est palpable. Le brief se termine et on entend immédiatement l'appelle du Binome 9, serions nous les premiers a être insèrés??

Le binôme trois est également appelé, chargés dans un Black Hawk de 1972 avec rotors modifiés 16", on nous bande les yeux pour des raisons de sécurité... Le lycra du bandeau ne tarde pas à gratter mes délicates paupières et j'aurais sans nul doute preferé une etoffe de soie sauvage, mais nous ferons avec. Les pilotes sont fort aimables et rapidement, le moteur du BH est lancé après un message d'accueil de l'hôtesse au sol... Nous survolons un marché dont les échos nous parviennent distinctement, nous sommes visiblement dans un pays habitué a la guerre, en effet après deux heures de fusillades intermittentes, les locaux continuent à vaquer a leur troc, je ferais remarquer aux opérateurs présents à bord que les locaux ne sont pas farouches!

3h00: La radio crépite, un operateur souffre d'un empoisonnent et vomit ses tripes par dessus bord, premier arrêt, suivi rapidement par une défaillance technique nous obligeant à nous poser a proximité d'une bâtisse... Nous repartirons un peu plus tard et le trajet sera l'occasion de dormir un peu entre deux blagues pour détendre l'atmosphère avec le binôme 3.


Chapitre Second: Le soleil d'Espagne

5h00: Le black hawk se pose précipitamment et l'operateur ouvre la porte latérale, nous sommes droppés à flanc de montage sur un chemin de pierre surplombant une combe pierreuse. Les premières lueurs du jour rendent inutile l'utilisation du matériel IR... Nous montons de 50m nous mettre à couvert dans le sous bois. Le décor est magnifique. le SPR est passé en config de jour.
Là nous décachetons notre ordre de mission. Le plan initial d'intervenir à la frontière Afganho-Iranienne a changer et notre mission aura lieu à la frontière espagnole. Nous devons neutraliser Olivar Gargamel, un Hindou (dixit mon sniper qui pense que le point rouge est un bindu) transsexuel ayant des seins de mamie au dessus du nombril! Nous comprenons que nous avons à faire à des agents ayant été exposés sans doute à de fortes radiations ou des produits chimiques suffisament dangereux pour modifier irrémédiablement leurs systèmes endocriniens (ce passage était sponsorisé par le fan club de stargate SG1 et a reçu la mention spéciale du jury dans la catégorie "Justification de merde utilisant des termes techniques inappropriés").
Topo carte réalisé, nous nous localisons a 1600m d'altitude sur la face Sud du Mont Ventoux. La cible sera présente de 10h20 a 10h24 a proximité du col des abeilles, a environ 1000m d'altitude. Nous décidons d'éviter les patrouilles du secteur en prenant un azimuts brutale vers le Sud Ouest, notre position de tir. Nous dévalons une combe pierreuse et instable puis remontons vers une seconde combes plus a l'ouest ou la végétation dense et accidenter (nombreux arbres mort) rend les chose difficile.


9h00: Nous parvenons a un sentier forestier désaffecté. La nature a commencé a reprendre ses droit sur ce chemin qui disparait parfois dans la végétation dense. Nous progressons plus aisément alors que le soleil monte dans le ciel et que la vue sur la plaine se dégage. Le site est magnifique et nous marchons d'un bon pas. Au détour d'un chemin nous surprenons un sanglier qui s'empresse de nous fuir en nous rappelant que des patrouilles auraient pu être embusquées a cet endroit... Nous redoublons de vigilance, alors que nous descendons le flanc de la montage... Après un point topo nous décidons de rejoindre la plaine de l'escalier et de nous y enfoncer pour progresser a couvert, de la, nous traverserons une combe abrupte pour rejoindre la plaine des cèdres en prenants un azimuts plein ouest. La chaleur monte doucement et je prend soin de boire régulièrement. Néanmoins un mal de crâne commence a se faire sentir.


10h00: Nous gagnons la plaine de l'escalier et quittons le sentier forestier pour s'enfoncer dans la foret. Le terrain devient vite très difficile et nous croisons une jeune laie au détour d'un passage difficile. La chaleur grimpe, le mal de crâne aussi... je boit beaucoup pensant a une déshydrations et prend un paracetamol 1000mg. Une heure passe, le mal est toujours la, c'est maintenant sur je suis en hyperthermie, le moral tombe, et je me sens mal. Mon binôme est lui toujours motiver et trouve la ressource pour me maintenir dans la course, au prix de pause régulière... Nous avançons lentement dans ce terrain difficile et mon état n'arrange rien. Une première pause longue pour se restaurer et une courte sieste me redonne un peu d'énergie, nous repartons et finissons par attendre la combe abrupte. Première erreur de topo (la seul en fait...) nous somme face a une falaise! Nous longeons la combe et trouvons un passage difficile mais praticable, mais aucun moyen de savoir ce qu'il y a en face. Si nous descendons par ici, impossible de remonter pour rebrousser chemin...


14h00 Nous tentons de rejoindre un chemin plus au nord pour traverser la combe, vue mon état, mon sniper m'accorde un long répit... Je pose le gear, enlève quelque couche de vêtement et m'installe. Je dors 2h, reprend un paracetamol et me sent revivre. J'aurais dut mieux gérer mon sommeil le vendredi soir...


16h00: Nous reprenons la route, il fait 34C dans le sous bois et je me sent bien mieux, l'énergie revient même si le SPR commence a rendre mon épaule douloureuse. Nous regagnons rapidement le sentier forestier quitter quelques heure plutôt et décidons de suivre au maximum les chemins pour avancer au plus vite. Nous avons enfin trouver notre rythme et avançons bien, la chaleur décline doucement. Nous arrivons traversons une foret de pins, bien dégager et évoluons tantôt sur le chemin, tantôt dans les bois. Lors d'une pause topo, nous entendons un véhicule a l'approche et nous jetons au sol. Le bruit s'éloigne sans que nous voyons de véhicule a proximité. Il est temps de reprendre la route. Le chemin est plus dégager et la pente forte, nous grimpons rapidement, le rythme reste soutenue mais la motivation est la.


18h00: Apres une longue épingle a cheveux et une descente le long d'une sente nous arrivons a un point d'eau. Notre emport est bien adapte et il me reste environ 4L d'eau, 3L pour Warthog. Par sécurité nous reprenons 1L chacun a la source et la traitons a l'aquatab. Elle servira en dernier recours. La nuit tombe doucement et la température est clémente, nous accélérons le pas et je me sens léger même si les épaules faut mal, SPR oblige...


22h00: Nous arrivons a la ruine de la Loubriere (a confirmer). Une large plaine de graminée agrémentée de pin et de muret de pierre nous fait face, nous somme a moins de 3km de l'objectif et nous decidons d'établir ici un bivouac. Nous n'avons toujours rencontrer personne, ni locaux, ni patrouille, ni binôme depuis ce matin... Le bivouac est rapidement installer, nous dormirons abriter par un muret et un pin a la belle étoile. Nous sortons nos repas autochauffant (Merci a Renan, ça fait du bien au morale même si la bouffe UK est pas ce qui se fait de mieux!), le volume de déchet produit est conséquent, mais nous apprendrons plus tard qu'il peuvent se compacter avec un bon coup d'asolo ou tout autre chaussure adapter a la torture des poubelles de bivouac! J'ai fait le choix d'un peu de confort avec un bivy + sac de couchage ultralight. La combinaison gagnante qui me permettra de passer une excellente nuit. Mon binôme lui, avec seulement un bivy a un peu froid et sortira sa couverture de survie pendant la nuit...


2h00: Je suis réveiller dans la nuit par un bruit lointain, au fond de la pleine, le bruit est persistant, je pense a un sanglier. 1000Lumen focaliser plus tard la foret se tait et me laisse dormir, comme quoi la foret, faut savoir lui parler.


4h30: Le reveil sonne. Mon sniper saute du lit comme un gosse le jour de noel... sauf qu'aujourd'hui c'est lui qui remplit les petits soulier a coups de 0.40g. Le pouding au chocolat réveille mes intestin et je me rehydrate abondamment. On s'équipe et on décolle.


Chapitre troisième : Oscar Mike

7h00: On rejoint le sentier forestier qui serpente en fond de vallons, l;occasion de croiser un groupe d'une dizaine de cervidés hostiles, rapidement mis en déroute. Le chemin se termine sur un PR, ZT a moins de 2km.

7h30: On arrive a face a la dernière combe, depuis l'ubac nous avons une vue sur l'adret et faisons un peu d'observation. La vallée est en U avec un lit de rivière assécher depuis le quel un large chemin remonte. Vegetation basse parsseme de pin, poste idéal d'observation pour les patrouilles ennemis. Nous somme 700m a l'est de la longitude de la ZT. Nous descendons et remontons, pas d'hostil en vue. Le bruit d'un Generateur se fait entendre au loins, nous passons sur la barre des 1km de la ZT.


8h30: Nous traversons une foret de pin, et arrivons a la 700m a l'ouest de la ZT, nous foncons sur l'objectif au terme d'une progression discrete et engager.


Chapitre Quatrième: Tu ne tuera point


9h00: Drapeau Hispanique a 50m, dans une clairière, nous somme a 10m de la lisière. Activite ennemis confirme. Un indoux avec blouson en cuir nous fait face, il est arme mais immobile... Autours de lui des gardes du corps. Il nous faut un plan d'action, et je me relève doucement pour observer la ZT. Un tango entend du bruit et scrute dans notre direction. Se tourne vers son collègue qui lui confit un spotting scope. Le SPR est près a tourner, en appuye sur un pin, debout, a 40m du garde. Je suis près a tirer au moindre signe d'hostilité, il soulève ses ESS (:/) pour utiliser son spotting scope et semble me regarder longtemps. Mon sniper veux se relever, je lui intime de ne pas bouger. Immobile dans la foret, le garde n'indentifie pas de menace et se retourne. Je m'abaisse et mon sniper commence a se déplacer.

9h30: Les comm radio sont difficile, il faudrait que je parle plus fort mais la proximité des gardes nous empêche de le faire. Mon sniper progresse lentement pour ne pas faire de bruit, il a parcourut environ 10m en toute discrétion et se dirige vers le nord de la ZT pour avoir un visuel en surplomb.

10h00: Mon sniper a bien avancer et je m'approche de la lisiere pour avoir un meilleur visuel. Je progresse assis, le SPR sur les genoux. Warthog m'informe qu'il est en lisiere, les com sont intermittente et pas toujours compréhensible... Difficile de se coordonner. Je finis par apercevoir notre cible, je suis a ses 90 deg, impossible de prendre un tir d'ici, Warthog a progresser a un visuel, cible de dos, identifié par élimination, il doit se déplacer de 10m a l'est pour pendre le tir, et cela la barbe des garde a 30m de lui...

10h10: Je m'apprete a faire diversion pour que Warthog se place et prenne le tir, plus que 10 minute! Je me relève, et un garde m'aperçoit, je me baisse et me prépare a une riposte quand un éléphant traverse la foret en tirant, tout les garde se focalise sur lui et m'oublie, l'assaut est brutal, ma radio crépite, Mon sniper est toucher a la jambe... Je suis seul, mal équipé pour prendre un tir et mal positionner. Je me dirige vers le sud pou trouver un angle. Les gardes sont a moins de trente metre et je ne suis cacher que par un talus. La situation est difficile. Plus au sud j'ai un angle parfait sur les garde mais pas sur la cible.


10h20: Le crenaux de tir est ouvert mais impossible de se placer, je tente de sortir en lisière et reste indetecte par les garde présent autour du drapeau. La cible est cacher par un bosquer et toujours pas d'angle pour tenter quoi que ce soit...


10h24: Fin du créneaux de tir. Je suis encore en vie et rester indetecter mais Olivar Gargamel s'en sort vivant... Il hantera mes rêves encore longtemps avec ses deux gant de toilettes mammaire et son bintou!

Epilogue:

Exfil vers la camps. Déçut de ne pas avoir pris le tir mais satisfait d'avoir terminer le parcoure et trouver la ZT dans les temps et sans casse. Le temps de déposer nos affaire et de nous dévêtir, nous voila près pour un débrief. Nous découvrons les autres cibles, et discutons avec Orga et joueurs. L'OP est un succès et le binôme Renan/Mossy nous gratifie d'un magnifique tir a 68m! Merci a eux pour cette belle performance en conditions de jeu! L'ambiance est excellente et je découvre que Fabien a stresser plus que nous pendant la préparation .


Bilan de l'OP: en un mot: GENIAL!
les plus:
+ Orga super beton, merci a toute l'équipe, vous avez fait un boulot de titan, tout ce tenait, presque tout était clair, j'achète!
+ Des joueurs géniaux, qui joue le jeu et qui reste sympathique, l'esprit airsoft que j'aime temps, merci a tout les participant
+ Un terrain de jeu génial!
+ Un acceuille de qualité!
+ J'ai dit que c'était GENIAL ?


Les moins:
- Je ne vais pas mettre de moins, c'est pas le termes.


Ce que je changerai:
Sur l'OP: ajout d'objectifs intermédiaires et pourquoi pas de point chaud avec intel (exemple: ce point d'eau est garder de 8h a 16h, sinon il est libre, ça peut permettre de se faire des petit défis pour recup des ressources), ou un rendez vous pour récupérer de l'intel comme un schéma de la zone de tir, dissimulé dans une cache bien gardée...


Sur le score: Il faut prendre en compte la distance, je pense qu'on est tous d'accord (surtout Alumyx qui aurait surement gagner grâce a ca...) mais aussi l'esprit sniper. Perso je trouve ça "hors cadre" de rafaler les gardes pour faire diversion (NB: je ne reproche a personne de l'avoir fait puisque les règles l'autorise), donc pour moi Penalité pour les cas suivant:
- 10cm par bille tiré au de la de deux
- 10cm par guarde abattu
- 20cm par joueur du binôme sorti en dehors du périmètre des 2km autour de la ZT
- Disqualification si un des joueurs du binôme se fait sortir dans le périmètre des 2km autour de la ZT et ceux avant ou apres le tir.
- Une exfil serait vraiment sympa mais c'est surement dure a mettre en place question organisation...

Bilan de notre performance:
Le bilan reste positif pour une première OP de ce type et de ce niveau. L'emport était bien pensé, les ressources en eau bien gérées. Nous aurions du des le départ suivre les sentiers, nous serions allez plus vite en se fatiguant moins, et serions arrivés sur cible la veille au soir... nous laissant le temps pour une recon.


PS: on a pas eut le temps de se relire en détail, désolé pour l'orthographe et la grammaire.
Image

Avatar de l’utilisateur
Big moustache
one shot one out !
Messages : 629
Inscription : 08 févr. 2010 19:25
Localisation : Paname

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Big moustache » 28 juin 2012 21:54

Sympa vos retex les gars, ca donne envie, peut être l'année prochaine en espérants que la santé et le moral soient meilleurs.


B.m.
Je ponce donc j'essuie.
La moustache vaincra!
Image
Image
Image

Rosen
one shot one out !
Messages : 600
Inscription : 22 avr. 2010 19:32

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Rosen » 28 juin 2012 21:58

@ Dusty :
Les photos sont Wouahou. Les Alpes au levé du jour c'est quelque chose !
Dernière modification par Rosen le 28 juin 2012 22:36, modifié 1 fois.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Big moustache
one shot one out !
Messages : 629
Inscription : 08 févr. 2010 19:25
Localisation : Paname

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Big moustache » 28 juin 2012 22:00

@ Rosen, toi tu dormais pendant les cours de géographie :lol:

B.m.
Je ponce donc j'essuie.
La moustache vaincra!
Image
Image
Image

Mich-Mich
one shot one out !
Messages : 2889
Inscription : 12 oct. 2009 14:01

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Mich-Mich » 28 juin 2012 22:02

Magnifiques! J'espère que mon bolt sera prêt pour l'édition 2013!
Anytime baby...!
MMT338ALM user
SRS A1 SE co-designer
Nightforce 5.5-22x50 NXS user
CAA Roni B2 and Aimpoint CompM2 user
Mini Mich-Mich, une petite merveille!
Optics lover

Image

Rosen
one shot one out !
Messages : 600
Inscription : 22 avr. 2010 19:32

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Rosen » 28 juin 2012 22:34

@BM : Aheum, merde. J'etais persuadé que c'etait la bas. C'est pas une question de géographie, juste un manque de lecture :P

edit: après recherche, le CTE se passait dans les Alpes.
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Alumyx
membre du bureau
Messages : 10109
Inscription : 17 juin 2008 22:07
Localisation : Hong Kong
Contact :

Re: Feed-back Cheyenne Tactical Event!

Message par Alumyx » 28 juin 2012 22:41

Le Ventoux, ce n'est pas vraiment les Alpes... C'est un peu un géant solitaire au milieux de la Provence. On le surnomme d'ailleurs le Géant de Provence (et le mont chauve aussi).
Bref, je devrait finir mon retex d'ici peu ! :wink:
Image

Répondre