Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Allez papy, raconte nous encore comment tu as decimé l'equipe adverse bille à billes !
Avatar de l’utilisateur
djerider18
marksman
Messages : 56
Inscription : 08 oct. 2011 22:45

Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par djerider18 » 27 mars 2012 0:14

Salut les Sniperlandais,
voici mon feedback de cette OP Griffe Noire qui sera la seule OP dans la forêt de Fontainebleau
l'ONF ne tolérant qu'une édition et ayant interdit les parties d'airsoft dès la fin de l'OP.


Après pas mal de préparatifs nous voici parti vendredi vers 20H00
de Bourges en direction de Fontainebleau pour trouver un hotel
et attaquer l'OP dans les meilleures conditions possibles...et là c'est le drame

Effectivement, on s'arrète à 40km de Bourges pour faire le plein
et mon vieux Sheppard : " Hé !?? Tu vas rire"
moi : "quoi?"
vieux Sheppard : " J'ai oublié mes rangers..."
moi : " ******** ***** ***** ***** *** ******* ***** :je sors: "
Donc on refait le chemin inverse, puis Sheppard va chercher ses pompes
à Avord et revient à Bourges ... Bref on repart de Bourges et il est 22H00...

Arrivé vers 00H30 à l'hotel F1 d'Avon (10Km de Fontainebleau),
on revise les packtages et on effectue les derniers réglages.

Image

Image
(inutile de préciser que nous avions une chambre avec 2 lits bien séparés ...du coup je ne le précise pas ;) )

On décolle vers 8H00 de l'hotel
et sur le parking nous faisons la connaissance du binome Fred & Swagger
des gars de sniperland plutôt cool qui nous guide vers le point de rdv de l'OP.

Arrivé vers 8H45 sur les lieux,
bonne ambiance, on dit bonjour et on va vite s'équiper
car le temps passe vite et y'a déjà des snipes qui sont passés au chrony.

Image

Image

On passe au chrony : 438fps pour le mien et 435fps pour Sheppard c'est OK.
Les orgas regroupent les 10 binomes snipers et nous font tirer des petits papiers
dans un chapeau, je tire le B.

Du coup avec Sheppard nous étions le binome B,
après un brief des orgas sur les règles de sécurités/engagements/points
nous prenons connaissance de notre 1er check-point : sur la parcelle 161 il faut trouver
un enveloppe avec un code avant 15H00 puis transmettre le code à l'orga sniper
par sms qui nous donnera les coordonnés du prochain check-point.

Vers 10H00 le top depart est donné
les binomes snipers A B &C prennent le départ vers leurs coordonnées respectives.
Après quelques minutes de marches les binomes disparaissent dans la verte
et nous décidons de progresser en azimute brutal vers la parcelle 161.
Pour ceux qui ne connaissent pas ça veut dire qu'on trace tout droit vers l'objectif
à l'aide de la boussole.
Dernière modification par djerider18 le 27 mars 2012 22:54, modifié 1 fois.
Image
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
djerider18
marksman
Messages : 56
Inscription : 08 oct. 2011 22:45

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par djerider18 » 27 mars 2012 0:24

Edit : double post
Dernière modification par djerider18 le 27 mars 2012 9:17, modifié 1 fois.
Image
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Renan
one shot one out !
Messages : 5389
Inscription : 11 juin 2010 7:51
Localisation : Gard
Contact :

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par Renan » 27 mars 2012 7:18

Un grand truc très lourd qui cognait contre les arbres? Je pari sur un cerf en train de débarrasser sa ramure de son velours!
C'est comme les sangliers, c'est impressionnant, mais pas dangereux (enfin... pour le cerf, pas dangereux hors période de brame...).

Par contre, tirer dessus au PA, c'était une façon efficace de déclencher une charge... Vous le saurez pour la prochaine fois =3

L'OP avait l'air bien sympa a part ça!
Image
"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette au fraises de nos illusions"
Boulet

Avatar de l’utilisateur
Fred
membre du bureau
Messages : 2648
Inscription : 01 févr. 2010 0:37
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par Fred » 27 mars 2012 18:48

Mon feedback sur MSI !!! -->http://www.media-snipe-info.net/?p=559
Image Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Big moustache
one shot one out !
Messages : 629
Inscription : 08 févr. 2010 19:25
Localisation : Paname

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par Big moustache » 27 mars 2012 19:23

Sympa tout ca, dommage que ce soit la première et dernière édition.
Il est vrai que la forêt de Fontainebleau est très giboyeuse. Je me rappelle quand je la traversais de nuit, tu as juste l'impression que ce sont les animaux qui sont venus au zoo te regarder :lol: .

B.m.
Je ponce donc j'essuie.
La moustache vaincra!
Image
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
papillonnn
sharpshooter
Messages : 135
Inscription : 01 août 2011 12:20

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par papillonnn » 27 mars 2012 19:56

Très sympas tout sa , merci de faire partager vos aventures
ImageImageImage
[left] [/left]

Avatar de l’utilisateur
djerider18
marksman
Messages : 56
Inscription : 08 oct. 2011 22:45

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par djerider18 » 28 mars 2012 13:28

Les scores finaux :
score_10.png
Nous étions le binome B donc on fini 7ème...on fera mieux la prochaine fois...

Pour le score je suppose :


- 8pts de jeux car on partait avec 10pts mais -2pts à cause

du fait qu'on est arrivé 1 heure trop tôt sur la cible,

- pour les 5pts de cible probablement 1pts de Sheppard dans la cible

& 4 pts pour la patrouille repérée le matin du tir final...


Dommage qu'il n'y ai pas eut des points pour la furtivité et le temps d'avance aux check-points !!!
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Image
Image
Image

Rosen
one shot one out !
Messages : 600
Inscription : 22 avr. 2010 19:32

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par Rosen » 28 mars 2012 14:07

Le probleme etant que les checkpoint etaient pas à égale distance pour tout les binomes, du coup, s'ils avaient mis des points pour le temps ç'aurait pas été super équitable.
ImageImage

chat d'eau
marksman
Messages : 44
Inscription : 04 août 2011 22:22
Localisation : la rochelle

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par chat d'eau » 30 mars 2012 14:10

salut a tous nous étions la aussi avec iceman (binome A) je vous poste quelques photos se soir du terrain etc... (si mon con**d de pc perso se décide a fonctionner)

chat d'eau
marksman
Messages : 44
Inscription : 04 août 2011 22:22
Localisation : la rochelle

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par chat d'eau » 31 mars 2012 12:28

bonjours a tous

voici quelques photo de moi et iceman durant la griffe noir :

alors pour commencer nous somme partit de la Rochelle le vendredi soir vers 19h30 20h le temps que je débauche et que la voiture soit charger. Route environ 4h on s'occupe comme on peut dans ces moment la du coup nous avons fait un blind test durant la moitié du trajet.
Peut de temps avant d'arriver on tombe sur sa :
Image

Forcément fan de la 7eme compagnie photo oblige .... ( tassin down ton falzar !) bref
au moment de se garer la température a chuter brusquement (12 degrès tout le trajet) arriver sur place la voiture indique risque de verglas 3 degrés moi perso je voulais plus dormir dans la tente. Nous avons vu lonewolf et son binôme (désolé j'ai oublier ton pseudo) en arrivant que nous avons saluer. Puis l'orga est arriver pour nous saluer, refaire un bilan de la partie etc ... 2h30 tout le monde au lit .... fin voiture mais je me comprend.
Environ 8,9h du mat, la voiture se met a bouger .... merci loki pour le réveille , on sors de la voiture un froid de canard, les joueurs arrives petit a petit ainsi que le photographe de bille de 6 qui a fait une photo groupée des sniperlandais puis brieffing.

Alors par contre désolé si je me plante sur les heures c'est plus ou moins ça.
11h départ on nous donne la position du premier point ou nous devons aller : PA 127 Helène + St huber , 48°23 45; 45N ::: 2°36 5; 05 N
donc on pars rien de particulier a signaler (a par qu'on a vu un écureil sur notre gauche dans un arbre vers 12h)
13 h arrivée sur le premier check point avec 1h30 d’avance, petite pause photo et pause bouf :
Image
Image
Image

Puis avant de repartir nous avons fait deux trois photos "en action" pour nous et pour le forum des tactical black cats :
Image
Image
Image
Image
Image

et la quand iceman ma pris en photo ... SURPRISE :
Image
un obus de 105 non explosé ... bien sur nous avons baliser l'engin et pris les coordonnées gps pour les transmettre aux autorités

avant de repartir voici 2 photos du paysage (j'en avais fais plus mais trop flou ...) :
Image
Image

14h30 nous avons notre nouveau point , on se remet en route.
15h 2 cerf sont passé devant nous a environs 50 m
15h30 enfin un peut d'action nous avons croisé le binôme des barbus (oui il y avais un binôme dont personne ne connaissait la lettre du binôme donc on les a surnommé les barbus) on se prépare a les allumer car ils ne nous avaient pas vu, mais l'orga sniper a mis trop de temps a nous donner le feux vert nous avons perdu le contact.


16h nouvelle pause photo :
Image
Image
chemin du blaireau ... comment résister a ça ...

16h40 arrivée sur le point 2 , encore une fois 1h30 d'avence mais cette fois on a décider de faire une pause plus loin en étant embusquer au cas ou les barbus serais encore dans le coin


17h juste avant de nous poster , une famille de 6 a 9 sangiler passe devant nous WTF ???(la je pense qu'on a compris que la nuit allais être difficile )

17h32 veridict je n'ai pas bu j'ai vu un cerf passer a 40 m de moi mais coursé par un sanglier (a par ça les orga nous avais dit mais non ils chargent pas les sanglier ici ... ) oui tout a fais ..... :roll:

Après je n'ai plus noter les heure mais nous somme repartis vers le point 3 ou nous nous somme fait repéré par des assaillants embusqué sur le point ou l'on devais aller.
Puis enfin nous avons eu plus tard le dernier point . La je doit dire qu'on en a chier a le trouver et surtout a aller sur le point (beug gps d'iceman qui nous a fait marcher 3km supplémentaire) et la on commencer (fin moi surtout) a sentir les KM d'avant dans les jambes .
Puis 00H37 (oui il faut retirer 1h a cause du décalage horaire) nous somme arriver sur le point mais pas de traces de l’enveloppe.
Image
5 minutes après on trouve enfin cette enveloppe (bien caché d'ailleurs)
Image
et on se remet en route pour se trouver un coin pour "dormir" un peut.

petit point GPS avant de faire dodo savoir la distance parcourue dans la journée :
Image
a 5h, on repart en ayant le lieux du tir final sur la cible
7h arrivée sur zone on se fait sortir par les assaillants alors qu'on les avais repéré mais on ne pouvais tirer sans le feux vert de l'orga sniper.
7h30 on repart puis tir sur la cible d'iceman :
Image


voili voilu encore une fois merci au orgas , au joueurs présent, au sniperlandais et a tous ceux que j'ai eu le plaisir de rencontrer ce week end
gros break histoire de reposer les jambes et le dos et on repars vers les voitures la on regarde la distance parcourue :
Image

et l'orga nous regarde avec des grand yeux et nous dit que notre parcours devant faire 20 km normalement mais bon avec l'avance qu'on a eu a chaque fois .... bah on préférer chasser un peut plutôt que de rester trop statique.

suite a cela remise des prix :
Image
Image
Image
bon la on était plus très frais ^^

Avatar de l’utilisateur
[WIPS]Warthog
sharpshooter
Messages : 186
Inscription : 01 sept. 2011 10:17

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par [WIPS]Warthog » 01 avr. 2012 13:17

A mon tour de raconter nos aventures à Fontainebleau..

Tout d’abord, la préparation de l’opé : à peine la Griffe Noire annoncée, nous avions bloqué deux places avec Cassius. Ce dernier me dira quelques jours plus tard qu’au final il ne peut y participer pour des raisons professionnelles..Je me tourne alors vers Juke, un autre gus de l’équipe, souvent chaud pour ce genre de trip.
Malgré un délai large (deux mois), impossible de se préparer correctement : tout s est résumé en deux heures de test et réglages pour les lanceurs, sans passage chrony possible. Le manque de temps nous est fatal.
Ma ghillie et l ensemble du gear étaient neufs , le choix des pattern a été fait grâce à quelques photos et un peu au pif.
Une ghillie Natural Gear pimpée au milgrad suffira pour Jukebox qui n avait qu une ghillie verdoyante, toujours avec une interprétation un peu hasardeuse de clichés.

Nous voici le jour J avec un départ très en avance de Paris, nous arrivons à 8h30 sur le parking. C est l’occasion de faire la connaissance d’ Iceman, Chat d’Eau, Rosen,Loky et Lonewolf en ce qui concerne Sniperland. On me dit qu il manque encore Fred , qui est encore à l’hôtel.
Dans la foulée , je récupère l APS2 SV acheté à Lonewolf deux semaines auparavant. Nous croisons des assaillants et une bonne partie des Orgas, dont Guilhom. L ambiance est bonne, on sent cependant que tout le monde est assez concentré.

Après ces quelques mots, la préparation commence et là, ça déconne : mon sac est énorme au final, un bon 10kg au bas mot avec la moitié en eau (je suis un gros buveur)..
Donc on est parti pour refaire le sac : je passe d un multi mission LBT à un HAWG camelbak avec 3L d eau. Il faudra rationner la flotte, ça ne me met pas en joie du tout..Je balance aussi tout le change.
Les orgas sont globalement dans les temps et on attaque les passages chrony : 470 fps de moyenne avec un SP130 laylax, je suis bon pour changer pour un SP120. 10 minutes plus tard, je suis à 420 fps, mais je dois refaire mes changements hop up...

Après ces désagréments, petite séance photo avec les sniperlandais par Jaguar, le photographe de Bille de 6. On tire ensuite les parcours. Nous topons le J : nous serons les derniers à partir.


12H15, c est parti . Nous prenons direction NO pour le checkpoint 1 avec un rendez vous à 15h30. Le soleil tape copieux . La première crête nous fait comprendre qu on va manger chaud si on coupe par le Rocher du Long Boyau. Décision est prise de passer par le Sud sur un terrain plus plat mais plus exposé. Après avoir dévié 45 minutes vers le Sud et n‘avoir rencontré qu’une joggueuse avec un carte (qui semblait perdue) nous arrivons sur le CP1 à 15h, nous trouvons la pochette et nous écartons du point pour transmettre notre code. Le coin est désert..

Le CP2 est à 2bornes , plein Ouest, en bas d’une crête. Nous marquons sur la carte des points de passage à travers une crête . A ce moment, nous nous attendons à tomber sur un comité d accueil à n importe quel moment.
Le rDV est à 18h30, nous arrivons à 17h, l endroit est toujours désert. On se place à couvert , sur une position qui domine le croisement. Juke part chercher la pochette qu’il trouve rapidement. Il remonte et nous nous posons au frais pour se rafraichir.
L’heure passe, nous comptons les feuilles mortes et repassons nos lacets… Le code est transmis à l’heure prévue.

CP3 est donné à 2,6km au sud est. Il faut passer deux crêtes et passer par un faux plat pour l atteindre. Le jour descend doucement.
Nous avons jusqu à 23h pour y arriver. Il est décidé alors que nous dormirons après être passé par le CP3, au Nord de la route de Milly, dans une zone rocheuse.
Le point est atteint avec 1h30 d’avance et nous remontons donc le GR1, toujours sans croiser aucun humain. En bas de la crête, nous apercevons une frontale au loin sur notre itinéraire. Pas question de se faire engager de nuit, même avec la vision nocturne prêtée par Cassius. Nous dévions de 50 m à l Ouest et déplions les bivy pour se reposer. Après une heure de sommeil le froid nous réveille et j’entends Jukebox se frictionner vigoureusement, il est gelé…

Nous recevons les coordonnées de CP4 dans les temps et partons dans la foulée pour nous réchauffer. La progression se fait à la vision naturelle. Hormis les lumières de voitures stationnées près de la départementale, nous ne croisons personne, pas même un sanglier..
La départementale est rapidement franchie et le point 4 est atteint 2h en avance (rdv à 4h), toujours sans aucune résistance. La fatigue se fait fortement sentir et nous apprenons que notre tir se fera entre 11h20 et 11h50.Nous repartons 1km au Nord dans le rocher de la Salamandre, à l abri de grosses roches et dormons 2 heures..

8h, nous remballons les sursacs et c est parti pour la zone de tir. L’indication « zone ouest de la route des gorges de Franchard » nous paraît vague : en effet, cette route est coupée par la départementale. L orga nous précise qu il s agit d’une parcelle précise. Direction Nord Ouest donc avec le passage de deux crêtes, toujours dans un calme absolu. Les VTTistes sont par contre nombreux et le franchissement de routes est ralenti fortement.

Après 1h de progression lente, nous croisons enfin un sniper ! Au loin, au croisement du pin sylvestre, une laitue évolue vers le Sud à 70m, sans nous voir. Nous demandons l autorisation d’engager mais il disparait entre temps. La progression reprend doucement.
La fameuse route apparait enfin et les tirs d’aeg avec. Nous surprenons une patrouille aux prises avec un binôme. L observation est de mise. Après une reco rapide, il semble que les cibles se trouvent à l ouest.
Un autre probleme apparaît : je n ai plus d eau et Juke est bientôt à sec. Il faut faire vite. Nous déposons les sacs dans un coin discret, traversons la gorge et évoluons sur le versant oppposé.
On entend des discussions, ça bouge au loin…

Soudain, à mes 4 heures, je surprends trois types à 50 mètres avec leurs bolts en train de discuter, ils nous aperçoivent , alignent et tirent. Nous décampons sous les billes sifflantes. Nous les contournons et rebelote, ils nous allument. Nous reprogressons pour arriver à leurs 7 heures. Cette fois ils ne nous ont pas vus. A 45/50m, je shoote et au bout du troisième tir, je touche enfin !
Sauf que…. Il s agissait de Loky , Azmar et Rosen qui prenaient le soleil en attendant la fin de l’opé. Comme j ai pas fait les choses à moitié, j ai réussi à coller un headshot à Loky…Sincèrement désolé !!!! Ils nous expliquent qu ils ne sont plus en jeu et qu ils nous ont engagés pour s amuser..
Pour le coup, avec Juke, on est un peu interloqués. On se sait plus qui fait quoi en fait…Les orgas sont visibles un peu partout, des joueurs en tenue évoluent plus ou moins discrètement.Nous nous faisons même engager par un binôme alors que nous avions localisé la cible. La déshydratation me tape un peu sur le système, j ai envie que tout ça finisse.. Joshua nous dit que nous sommes les derniers programmés pour tirer (logique !!!).
Nous nous plaçons devant la cible, à 35/40m pour le shoots. Un vent d’Est souffle par rafales, j ai besoin de 4 tirs pour piger la compensation nécessaire !
Le 5eme touche la cible hors des cercles, le 6eme nous rapporte 6points ! Joshua déclare alors la fin officielle de l’opé, il est 11H40.

Le retour en ZN nous prend 45 bonnes minutes.
-----------------------------------------
Nous tenons à remercier les orgas tout d’abord : cet évènement s est tenu dans un lieu magique pour notre loisir..c est avec une certaine fierté que nous y avons participé. Les TBC sont excessivement sérieux. C est plaisant (et rare !!) de trouver une équipe en RP qui fait des briefings clairs et responsables.
Merci aussi à Iceman de nous avoir invité à leur apéro improvisé même si nous n’avons pas honoré son invitation (déshydratation inside), nous avons apprécié le geste ! Rencontrer de nouveaux sniperlandais fut un plaisir, je regrette juste de pas avoir eu le temps de faire plus ample connaissance.
Encore félicitations aux premiers !
Le seul point négatif de cette opé est le déficit d assaillants, je ne reviendrai pas la dessus. Au final, cela a joué en notre faveur, nous avons aussi tout fait pour être les plus discrets possibles. Nous partions du principe que nous n engagerions qu en cas d extrême nécessité.
Au final, ce fut un excellent test niveau matos et endurance….A nous le Cheyenne Tactical en juin !!
Image
Wips Is a Penguin Squad

Avatar de l’utilisateur
loky
membre du bureau
Messages : 2798
Inscription : 03 juil. 2009 12:34
Localisation : Annecy
Contact :

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par loky » 02 avr. 2012 11:49

T'inquiète pour le headshot, c'était plutôt très bien joué de ta part !

Mon feddback :

Tout commence par un message posté par herisson10 le 27 janvier sur sniperland. Je suis intrigué, car depuis un moment j’ai envie de participer à une OP milsim, mais malheureusement l’éloignement m’en a toujours dissuadé. Je prends donc connaissance du scénario basé sur l’élimination du générale Kirinov, ayant réalisé des exactions au Kosovo. J’aime ! J’imagine déjà la phase d’infiltration, et le tir final, net, sans bavures et sans bruit. Bon allé, je me mets en quête de mon binôme.

J’envoie donc le lien de l’OP à Jackportenawak, mon acolyte de toujours, pour savoir si ça le tente. Il me répond qu’il sera de la partie avec grand plaisir. Je m’occupe donc des inscriptions sur le forum des Tactical Black Cats. Le payement et les photos de notre matériel suivent, puis une grosse phase de préparation commence.

N’ayant jamais participé à ce genre d’évènement, je me mets en quête d’informations, notamment sur l’emport de mon sac. L’idée étant de faire le truc le plus pratique possible, mais aussi le plus léger, en gros l’emport parfait. Mais comme tout le monde le sait, la perfection n’existe pas… Donc c’est parti pour les compromis.
Pour le moment, je n’ai aucune idée du temps qu’il fera, donc je pars sur le cas le plus favorable pour moi, du soleil et pas de vent avec des températures dignes de se nom. Sur moi, je porterai mon treillis multicam, et ma ghillie. Dans le sac je pars dans l’idée de prendre : ma polaire pour la nuit, un duvet, les gants et le bonnet, ma silva, une lampe frontale, de l’eau, un complément alimentaire, et bien sûr le consommable pour mes répliques et les éléments de sécurité (trousse de secours, lunette, etc…).

Je trouve le poids de mon sac plutôt raisonnable, puis pour 24h ça ne sert à rien de se charger comme des mules de choses inutiles. Puis, on ne va pas là-bas pour faire une promenade touristique ! De toute manière, un complément de mato’s sera dans la voiture, si jamais les organisateurs nous réservent une petite surprise de dernière minute.

Devant nous mettre en ghillie, je fais le point sur la mienne.
Elle doit être refaite et celle de Jack est beaucoup trop verte pour le terrain. Donc on démonte et on recommence. Je profite d’ôter les éléments de la mienne pour peindre la base avec du tan et du marron comme l’explique le tutoriel de Dogi (sniperland), histoire de repartir sur une base plus saine et plus efficace. Je profite également de cette refonte pour partir avec de la jute découpée en feuille, comme avec de l’ECR ou du milgrade, car le rendu me plait beaucoup plus.
Je finis ma ghillie le weekend avant l’OP, et je la teste avec Jack dans la semaine histoire de voir si ça fera l’affaire (au pire ça fera l’affaire je n’aurai pas le temps de retravailler dessus). Le résultat est plus que satisfaisant, même si quelques défauts ont été mis en évidences.

Passons maintenant à la préparation de nos répliques. J’ai pris mon Maruzen APS-2. Comme je fais des tests sur des joints d’aeg, je profite de l’évènement pour roder le prometheus violet (même gomme que le Nineball qui est pour moi une valeur sûre). Je le monte et au bout de trois semaines, je commence enfin à avoir de bons résultats. Le weekend avant l’OP je démonte pour nettoyer le bolt complètement histoire qu’il soit fin près pour les deux billes que je dois impérativement placer dans la cible le dimanche suivant.
Pour moi, l’affaire est vite réglée, seulement pour Jack, c’est une autre histoire… Son Bar10 a décidé de faire des siennes. Il en a fait un gros custom de springfield, seulement le piston n’accroche plus. Gros problème des VSR & Co, donc comme il avait une piston sear PDI, on essaye avec un autre piston. Toujours le même problème… Alors on vérifie tout, l’accroche du trigger sur le receiver, le montage du cylindre, bref l’ensemble pneumatique complet. Puis finalement on essaye une 2nd sear qui trainait chez-moi, et là miracle, le piston accroche, et la réplique est en état de marche. Nous voilà rassurés, car à une semaine et demie du challenge, pour faire une commande ça aurait été short.

A ce stade, je n’ai aucune idée de la distance que nous aurons à parcourir, seulement qu’on part en début d’après-midi le samedi, que l’on aura 4 check point avant la cible finale, et que l’OP finit le dimanche à 12h. Donc beaucoup d’interrogations pour la suite…

Un point important qui apparait à ce moment-là, c’est la météo. En effet, à 7 jours, on commence à avoir des indications qui sont plutôt concrètes. Donc tous les jours on surveille, et normalement on aura du beau temps, très peu de vent (entre 0 et 10km/h au plus fort) et surtout pas de pluie, avec une température mini dans la nuit de samedi à dimanche de 8°C. Ce facteur est très important pour moi, car il conditionne mon emport. Si jamais on a un temps tout pourri, il faut prévoir de quoi se protéger de la pluie en plus. Donc forcément augmentation du poids du sac. On part donc sur de bonnes bases. Je vais donc suivre l’évolution du temps tout le long de la semaine pour pallier un éventuel changement.

La veille de l’OP, je reçois un mail comportant les différentes autorisations, et numéros pour le challenge. Histoire de me motiver, je regarde « Force Spéciale ». J’apprends le lendemain que Jack a fait exactement la même chose…
Nous sommes à quelques heures de notre départ, et la journée au boulot commence à me paraitre longue…

16h15, c’est parti, je passe chercher Jack. On charge la voiture avec 3 fois plus de mato’s que l’on en aura besoin, mais bon c’est toujours comme ça, puis on est jamais trop prudent.
On repasse chez moi, pour prendre une ou deux affaires oubliées : une polaire pour jack, et ma sangle pour mon bolt. A peine le temps de faire le plein de gazole, et nous voilà sur l’autoroute en direction de Fontainebleau et sa forêt.
Ayant passé le péage, on se rend compte que l’on a oublié l’élément le plus important de notre emport, le saucisson ! Obligé de s’arrêter dans une station-service pour en acheter un… Ayant décidé d’emmener ma caméra pour faire un petit film montage, nous tombons face à une caissière récalcitrante, qui refuse de se faire filmer. Lui expliquant que ce que l’on veut, c’est filmer le saucisson, elle finit par nous laisser tranquilles et filmer. En même temps je peux comprendre que tombant face à deux gars voulant filmer un saucisson, elle s’est dit que ce n’était pas la peine de discuter ^^. Nous reprenons la route avec la satisfaction du devoir accompli. Je vous passe nos problèmes de paquet de bonbons déchiré, et nous faisons une pause au McDo. Nous apprendrons par la suite, que manger McDo ou KFC avant un évènement de ce genre, ça retour le bide (Chat d’eau et Iceman si vous m’entendez ;)). Arrivés sur place vers 22h, nous sommes les premiers, nous décidons donc de faire un petit tour dans le coin histoire de faire un peu de tourisme. Rien de spécial à faire, et après nous être égaré dans la forêt, on décide d’aller dormir. J’envoie un message à Iceman, pour savoir où ils en étaient son binôme et lui, et il me répond qu’ils ne seront là que dans 2h. On se regarde avec Jack et on dit d’une même voix : « flemme d’attendre ». Donc on se couche.

Je n’ai pas spécialement envie d’installer un camp dehors, et surtout beaucoup la flemme… Donc on s’installe « confortablement » dans la bagnole, et on commence notre petite nuit. Vers minuit, une voiture s’arrête à notre niveau. Ayant le sommeil plutôt léger, je suis réveillé, et observe la scène. Jack est quant à lui blotti dans son duvet, et ne semble pas être dérangé de la venue de ces inconnus. La voiture fait demi-tour devant nous, puis vient ce garé juste derrière nous. Et là, deux individus sortent de la caisse, et commence à discuter, avec un certain enthousiasme d’être arrivé selon moi. Au bout de 5 / 10 minutes, je décide d’aller accueillir les nouveaux venus, en sortant de la bagnole en caleçon, et ma polaire (faut imaginer la scène, une ruelle plutôt glauque entre un lycée et un stade de foot, un mec sort en caleçon et en polaire militaire, il y a de quoi avoir peur). Je me présente donc, et fais connaissance de Rosen et Lonewolf. Je vais donc me recoucher tranquillement, puis à 2h du mat, une autre voiture arrive. Cette fois, un vrai bordel dans la petite ruelle. A croire qu’un bus est arrivé avec toute une équipe à son bord. Mais à ce moment, imaginant que les derniers arrivants son Iceman et Chat d’eau, je n’arrive pas à trouver le courage de me lever (grosse erreur de ma part, car en goutant le pineau le dimanche, j’ai regretté immédiatement ^^).

Le réveil du lendemain se fait dans la douleur et le froid, en effet les 8°C annoncés pour la température la moins élevée, s’est révélé être une grosse intox, et l’on a plutôt frôlé le 2°C. Ajoutez à ça le petit mal de cou lié au confort de la voiture, et vous regrettez presque la nuit à l’hôtel de Fred. Cependant, à ce moment, on fait enfin la rencontre d’Iceman et Chat d’eau. Petit déjeuner sniperlandais organisé au cul de leur voiture avec des bouts de brioche, où c’est l’occasion de faire un peu plus connaissance. Une petite cohésion vient immédiatement se créer entre nous, et j’avoue que c’est plutôt sympa.

Les premiers organisateurs étant sur place, nous décidons d’aller les voir pour récupérer nos rations. En effet, on avait appris lors de la préparation que nous mangerions non des MRE, mais des rations Françaises. En mangeant régulièrement quand je suis au régiment, je sais que certaines sont juste exécrables, et d’autres, même froides, se mangent sans problème. Eh oui, l’ONF « interdisant » le feu sur le site, nous avons l’obligation de ne pas faire de flamme, donc repas froids obligatoires. Nous regardons donc les menus proposés, et nous choisissons, Jack et moi le menu 3 (volaille à la parisienne, et thon en salade).

Quand on commence à préparer nos affaires, on se fait la réflexion, que les nouveaux arrivant, surtout les assaillants, nous offraient une petite mine tristounette. Il y a donc 2 camps, les snipers qui rigolent et sont tranquille en train de discuter, et les autres pas timide, mais moins open ^^.

Avec Jack, je remarque tout de suite que nos sacs, on les fait à l’arrache. J’avais emmené tout un tas de mato’s prévoyant le meilleur comme le pire, et finalement, sans trop de réflexion, je décide de larguer la polaire, les gants polaires, et l’écharpe. Je garde mon bonnet, car je sais que la nuit, on perd énormément de chaleur par les exterminés, et surtout par la tête. Donc j’emporte avec moi : petit duvet, bonnet, camelback 2.5l, mato’s multimédia, mitaines, ma veste de BDU que je garde dans le sac, car il fait déjà chaud à l’approche de midi. En gros pas grand-chose, mais je n’ai pas envie de me charger pour rien, et après réflexion, et un peu de recul, je n’aurais pas du prendre le duvet que je n’ai pas utilisé.

Nous voilà donc fin près à partir jouer, et nous nous rapprochons du lieu de passage chrony. Ici, nous faisons la connaissance de Fred, que je reconnais grâce à la lunette sniperland V2 sur le bolt et à la crosse de 22 très caractéristique. Nous rencontrons également Swager, qui fait quelques tirs de réglages. On pose notre mato’s en pot de pus dans l’herbe, et allons passer nos bolt au chrony. Je passe à 461 fps en valeurs max, donc OK pour moi, il n’y a pas de problème. Jack lui passe à 370 fps, ce n’est pas beaucoup, mais étant spoter, ça devrait largement suffire.

Vient le briefing de Guillaume, l’organisateur chargé des snipers, où l’on nous rappel les différentes règles de sécurité, comment va se dérouler le weekend, etc… On nous distribue également la carte IGN de la forêt qui nous servira à nous orienter tout le long de l’OP. On tire au sort le nom de notre binôme, ce qui va définir notre parcours, et l’emplacement de nos check point. J’y vais, et tire la lettre « F ». F comme Fun, ou comme Fenian selon l’humeur. Bien évidemment, pour nous ça sera fun, car on n’est pas venu pour nourrir les brebis. L’orga snipe donne donc aux différents binômes les indications pour le premier check point.
Nos indications se traduisent par : « 15h15 ; parcelle 757 ; route st fare ; monastère » Il me propose les coordonnés GPS, mais en tout bon foie, je les refuse, car de toute manière on n’en a pas. Je pense d’ailleurs que sur l’ensemble des binômes, nous étions une toute petite minorité à nous la jouer hold school et à s’orienter à la carte et la boussole.

On nous laisse 10 minutes pour choisir notre stratégie et notre itinéraire. On prend 2 minutes pour l’itinéraire, et 5 minutes pour la photo sniperland. En effet, on a fait un peu de sectarisme, en faisant une photo uniquement entre nous ^^. Bah faut bien être chauvin de temps en temps.

Le coup d’envoie est lancé à 11h20, les binômes sont lâchés par trois, A B et C, E D et F, puis les autres, mais on était déjà partie. On fait les premiers 100 mètres avec Lonewolf et Rosen, nous nous séparons au premier croisement, où nous bifurquons, direction Nord - Nord/Est. Je dis à Jack, que les assaillants sont lâchés à 12h30, soit 1 heure après nous, donc on fait le plus de distances possible sur chemin pendant ce temps, et on coupera en azimut brutal plus tard. Première surprise, c’est vallonné ! J’avais vendu le truc comme un terrain plutôt plat, bah raté, ça monte. Je suis d’ailleurs plutôt content, car même si ce n’est pas de la grosse montagne, ça va me donner une idée de ma condition physique. Je suis plutôt du genre gros mule, mais je sais que si je veux m’engager dans un challenge type TCH, il faut vraiment tenir la route. Bien évidemment il n’est pas question de comparer Fontainebleau et Puivert & co, mais si je galère ici, ce n’est même pas la peine de penser à faire des OP en montagne.

Arrivé en haut de la première montée, un petit clin d’œil à mon boulot (je travaille dans une usine qui conditionne des œufs).
Image

Au bout de 2 ou 3 Kilomètres, je sens de l’humidité dans mon dos, sachant que j’ai tendance à transpirer facilement ça ne m’inquiète pas trop. Seulement un moment, je sens que ça coule le long de mes jambes, et en touchant, ma ghillie est trempée ! On marque une petite pause histoire de voir le problème, et là grosse malchance, mon camelback fuit. Je l’avais testé pourtant avant l’OP et aucun problème… Il me reste en gros 0.75l, et voyant la chaleur et le parcours qui nous reste à faire, je me dis qu’il va falloir économiser si on ne veut pas se dessécher. En effet, Jack à une bouteille d’1.5 litre, plus son camelback de 2l. On a donc 4.25l pour 2 et pour 24h avec une bonne vingtaine de km à parcourir. Je sais que Jack boit beaucoup, donc je vais essayer de m’économiser le plus possible pour que l’on arrive à tenir la distance, et étant dans une OP milsim, pas question de demander aux orgas un ravitaillement…
Image
Image

Nous reprenons notre chemin, et faisons notre première rencontre. Une personne debout dans la forêt près de la départementale que nous devons traverser. On se rapproche pour identifier l’inconnue, et je le rends compte au monoculaire, qu’il a un réflexe autour du cou. Il s’avère en faite être une personne qui prend des photos de la forêt.

Après avoir traversé la route, nous décidons de nous mettre dans un petit coin sympa et à l’abri pour manger. En effet il est presque 13h, et la faim commence à se faire sentir. On en profite pour prendre quelques photos, et appliquer notre camouflage facial.
Je tir quelques billes avec mon PA histoire de voir les performances du jour, et quand je vois ma bille plonger à 20m, je ne regrette pas d’avoir essayé, et remonte mon hop up pour enfin avoir une belle trajectoire rectiligne et une vraie portée.
Image
Image

On continu notre chemin, et l’on arrive à proximité du premier check point. Nous sommes à droite du chemin du monastère, et le longeons. Seulement je ne suis pas vraiment rassuré, j’ai peur de tomber dans une embuscade, et me méfie. Sur ma droite, il y a une sapinette, mais très espacées, donc nous progressons entre 2 « lisières » espacées de quelques dizaines de mètres. Arrivé à 50 mètres de l’objectif, on décide de nous mettre en planque. On trouve un petit coin sympa sous un sapin, à l’abri des regards, mais suffisamment proche du carrefour, pour voir ce qui s’y passe.
Image
Image

Je décide d’aller reconnaitre le carrefour, et laisse Jack au sapin. J’y vais avec uniquement mon PA histoire de pouvoir répliquer en cas de mauvaise rencontre. Arriver au check point, je ne remarque rien de particulier. En revenant voir Jack, je passe par un petit bosquet qui présente une très bonne vu sur le croisement, et me dis qu’il ferait une bonne planque. Mais étant installé plus loin, flemme de bouger.
Il est 14h quand je retrouve Jack sous le sapin. Nous avons donc 1h15 d’avance. J’ai envie d’aller chercher notre cible, et revenir tranquillement me reposer en attendant l’heure. J’arrive donc à convaincre mon acolyte en lui promettant une sieste en revenant.
On va donc récupérer notre papier, et revenons en planque sans aucun problème.
Image

On se repose, et on se marre en voyant les gens se promener et passer à 15, 20 mètres de nous sans se douter de notre présence quand soudain, un mec en treillis arrive sur le chemin tranquillement. Branle bat de combat, on le vise et j’ai qu’une envie, le sortir. Jack arrive à me raisonner en me disant d’appeler les orgas pour demander l’autorisation de tir. J’avoue avoir un peu la flemme et lui propose de sortir le gars et appeler après. Il refuse catégoriquement, donc prenant le temps d’appeler, on voit l’homme en treillis s’installer. Je suis rageux car on aurait déjà pu le sortir depuis des lustres, mais les règles sont les règles, donc quand j’ai enfin l’autorisation de tir, le mec est installé pépère dans le bosquet à 20 mètres de nous, que j’avais repéré quelques minutes auparavant. Jack reste en couverture, et je décide de déloger notre invité au PA. Je commence donc à le contourner. Je fais beaucoup de bruit et je n’arrive pas à être discret, je jure contre les feuilles mortes dans ma tête, mais continue ma progression. Quelques signes de Jack me confirment qu’il est au taqué sur le mec et qu’il attend juste qu’il bouge pour le sortir. A ce moment, je l’entends au téléphone, je profite donc de cette inattention pour accélérer le mouvement. Et là renversement de situation, il me sort d’une bille dans la poitrine. Je l’entends s’exclamer à son interlocuteur : « j’ai sorti un sniper ! J’ai sorti un sniper ! » J’ai qu’une envie lui faire avaler son téléphone, mais il m’a eu à la loyale, et je repars d’où je viens en jurant dans ma tête de ne pas l’avoir sortie quand il était sur le chemin.
Finalement, le mec vient me voir et me dit que son tir ne compte pas, car il n’a pas respecté la procédure. Je suis soulagé pour mon binôme qui ne va pas subir mon erreur de débutant, mais mon ego en a quand même pris un coup de se faire sortir si bêtement.

En discutant avec lui, il m’explique qu’il était venu 15 minutes en avance histoire d’arriver juste avant nous. Quand je lui dis que l’on est là depuis 1h15, il rigole et me dis que c’est bien joué de notre part, car il ne nous avait absolument pas remarqués.

15h15, je contact l’orgas général et lui donne notre code « Bonjour, ici le binôme F ; arrivée sur F1, code : 58.F4C ; attendons instructions pour 2ème check point » « Binôme F bien reçu votre prochain point : Parcelle 719 ; Ventes Alexandre ; Gorges apremont ; heure limite : 19h40». Petit coup d’œil sur la carte, et on y va, notre prochain point nous fais remonter plein Nord. On décide d’adopter la même stratégie que pour le premier point, c'est-à-dire on fonce et arrivé sur place, on ferra une pause et on profitera de notre avance pour se reposer et manger.

On trace notre route, mais cette fois, on ne passe pas par les chemins, mais on les longe à 10,15 mètres dans la lisière. Histoire de ne pas être trop visible. Juste après avoir traversé la D409, je pense apercevoir 2 mecs qui courent se cacher derrière un tronc écrasé, et quelques rochers. On se poste donc au milieu de la clairière, et on attend. Un vrai jeu de patience. Personne ne bouge pendant au moins 15 minutes, puis Jack me dit qu’il faut les contourner, car le temps passe. Je me relève donc doucement, et guette le moindre mouvement face à moi, le bolt armé près à faire out. Rien, on contourne la zone, et on ne croise personne.
Le problème de cette rencontre, c’est qu’il nous a fait perdre le chemin que on longeait, et du coup je ne suis plus trop sur de mon coup. Je décide donc de prendre un azimut plein Nord pour recroiser un chemin qui nous conduira à bon port. En marchant, on croise un groupe de biche avec un cerf. Que l’on regarde s’éloigner lentement. Nous finissons enfin à trouver le chemin que je voulais rejoindre, donc nous le suivons, mais cette fois, sur le chemin et non à côté. La chaleur et l’effort nous font consommer beaucoup d’eau, donc pour me restreindre, je mange des trucs pour me faire saliver et ainsi couper la sensation de soif. De temps en temps je prends quand même une gorgée pour ne pas me déshydrater.
Nous croisons un groupe de civil, que nous décidons d’éviter en prenant un azimut brutal qui nous permettra également de raccourcir notre trajet. Nous retombons sur un groupe de biches, mais cette fois on ne s’arrête pas et on les fait fuir par notre présence (faut dire aussi qu’on se déplace comme 2 gros sangliers ^^). Arrivé à un premier chemin, on s’arrête, car j’ai une hésitation sur sa véritable identité. On regarde la boussole, son orientation est proche de celui qu’on cherche, mais il y en a deux de présent sur la carte, et seulement un de bon. Je regarde donc le relief, et on voit que l’on n’est pas sur le bon, donc on continue et on arrive devant le chemin que l’on cherchait. Petite photo à la vu du dénivelé à franchir, puis on attend que les passants présents sur le chemin dégagent.
Image
Image

Jack ayant mal au crane, on en profite pour lui faire avaler 2 doliprane 500, histoire qu’il se sente mieux. Puis vient l’ascension. Une jolie bute à franchir, qui se termine par une vu magnifique, et un sentier sur le haut de la crête slalomant entre les arbres et les blocs de roche. Nous sommes de plus en plus proches de notre 2ème check point, et nous commençons à nous méfier. Fort de notre première expérience, on est presque certain qu’il y aura quelqu’un pour nous accueillir, et ce ne sera surement pas avec du pineau !
On entame la descente en faisant très attention, car la pente est raide, et avec la fatigue de la journée, il ne faudrait pas se blesser maintenant. Nous arrivons à notre point de rendez-vous avec 2h d’avance. On commence à chercher la balise, mais rien, je suis pourtant certain d’être au bon endroit, mais elle demeure introuvable. On se dit que si ça se trouve, les orgas n’ont pas eu le temps de la positionner, donc comme au premier objectif, on se trouve un petit endroit tranquille pour se reposer. Jack fait une sieste et moi-même je m’endors 30 minutes, guettant en vain la venue d’un orga.
Image
Image

A 40 minutes de la Dead line, je repars fouiller la zone. Rien, cette balise reste introuvable. J’appelle donc l’organisation, et il me réponde qu’elle est cachée, mais reste visible. On refouille dans un rayon de 50m autour du carrefour avec Jack, mais rien. Je suis très frustré ! Me disant que j’ai peut-être raté un truc en topo, je refais le point avec la carte, et vois que les gorges d’Apremont sont aussi représentées par la carte en haut de la bute. Je remonte donc en vitesse en haut, mais mes recherches restent infructueuses. Jack me rejoint, mais pour rien, les orgas me disent donc de chercher encore, mais en 10 minutes, on risque de rater notre point. On retourne à grands pas au carrefour, et regardant ma montre me dis que c’est mort. La nuit tombe, il fait presque noir, et on a le moral au plus bas d’avoir raté ce check point. On attend donc le message pour partir sur le 3ème check point.
Nous faisons notre première rencontre avec la faune nocturne, en croyant entendre quelqu’un approcher. En réalité, il ne devait s’agir que d’un sanglier, mais on c’est mis un petit coup de stresse quand même.

L’objectif suivant nous est transmis. Nous devons nous rendre à 00h20 en plein cœur des bad land, au carrefour entre la route amédéé et la route carnage, parcelle 764. On décide, de passer sur les chemins, car un azimut brutal en pleine nuit, c’est la couille topo assurée ! De plus, en marchant sur les routes, nous ferrons beaucoup moins de bruit, et comme nous sommes quasi sûrs de rencontrer du monde, on prend toutes les précautions possibles.

On prend le temps de manger en haut du dénivelé, histoire de reprendre des forces avant la suite.

Arrivé à mis chemin, on entend du bruit sur notre gauche. On se couche au sol PA sorti, en attente. Au bout de quelques minutes, le bruit est toujours présent, mais malgré le fait que l’on est l’impression qu’il s’agit d’une personne qui marche, le son reste fixé à un endroit, et ne se déplace pas. On estime donc qu’il s’agit d’un sanglier qui fouille le sol, donc nous reprenons la progression.
Plus loin, on charge plusieurs fois dans le vide lampe allumée, et PA armés pour faire fuir la faune. Arrivés à la départementale D409, nous la traversons, et arrivons à un carrefour entre 2 chemins. Là, nous entendons quelqu’un crier quelque chose, et se rapprocher. On commence à voir une lumière se diriger dans notre direction, donc on se couche en alerte. L’homme commence à se rapprocher dangereusement, il ne nous reste donc plus qu’à faire confiance à notre ghillie. Il s’arrête à 2 mètres de nous, et regarde le panneau indiquant le chemin sur l’arbre. Dans ma tête je me dis que l’on a été très cons de se mettre au pied de l’arbre indiquant une direction, et que niveau discrétion n pouvait faire beaucoup mieux… Il nous éclaire plusieurs fois, mais jamais il ne nous voit. La personne civile, cherche à s’orienter, mais ne trouvant pas sur sa carte, est un peu en galère. Il décide donc de s’orienter à l’aide des étoiles, ce qu’il ne me manque pas de me faire m’exclamer de rire intérieurement. Jack, quant à lui, laisse sortir un petit rire, qui met en panique l’homme. Il nous cherche, et demande si l’on est là. Devant notre silence, il dit ne pas participer au jeu, et s’en va en criant « Civil ! » (Oui c’est bien ça qu’il disait avant) frustré de ne pas avoir eu de réponse. Fiers de na pas avoir été repéré, on est super content avec Jack, et on laisse parler notre enthousiasme sans discrétion. On apprendra par la suite, que l’homme en question, c’était pris une bille par un autre binôme, d’où son « civil ! ».

Nous reprenons la marche, en essayant d’être plus discret, car les bad land approchent.

Après plusieurs minutes de marche, nous voyons des lampes au loin. Ca parle fort. On estime être face à des assaillants (les premiers que l’on croise du jeu) donc on se met en planque à 10 mètres de la route. On attend… La patrouille arrive à notre hauteur, et on les entend parler « Eclairez bien sur les cotés » « Personnes éclaire à droite » à ce moment 5 lampes se retournent sur nous, mais ils ne semblent pas nous voir et continu leur chemin. C’est complètement désorganisé. Quand le dernier passe à ma hauteur, je sors mon PA et tir 3 fois pour le sortir (j’avais décidé de ne pas envoyer de message à l’orga, car on aurait été grillé par la lumière du portable). 3 plop résonnent dans le silence de la nuit. Merde, pas de gaz dans le chargeur ! Le dernier se retourne et balaye la zone avec sa lampe. Dans ma tête je me dis qu’on est foutu. On reste immobile. Je retiens ma respiration qui s’accélérait avec l’adrénaline des tirs. Rien. Le mec reprend son chemin avec ses petits camarades…
Jack exprime son mécontentement, mais je me félicite, car mon back up est plutôt très silencieux. J’ai envie de les suivre, et de les sortir pour marquer des points, mais on joue la sécurité, et on continue sur le sentier.
Quelques mètres plus loin, on voit une lumière rouge très proche. On se couche sur le chemin, et on attend, bolt armé près à faire out. On va se planquer dans les fourrés à côté de la route, et j’en profite pour recharger mon chargeur de PA en gaz (Ouai je sais, pas très discret, mais bon si on se fait voir, au moins j’aurais du gaz ^^). Au bout d’un moment, on décide d’avancer, car l’heure tourne. On repart donc très discrètement. 40 mètres plus loin, Jack fait tomber une lampe qui forcément ne manque pas de s’allumer ! J’ai la rage, en pleine bad land, on vient de signaler notre position à tout le monde. Je suis colère, mais en même temps je ne peux pas lui en vouloir, je me doute très bien qu’il l’a pas fait exprès. On continu, et on arrive enfin sur notre objectif. On fouille vite fait la zone, et on trouve notre feuille. Il est 23h, on a 1h20 d’avance, donc on va se trouver un coin pour faire une sieste tranquillement.
J’envoie les coordonnées après avoir pris un peu de repos. Et l’on nous communique les derniers avant la cible finale demain matin. « Parcelle 120 ; Long boyau ; Froidour ; heure limite : 7h40». En regardant sur la carte, la parcelle 120 se situe au bord de l’A6, à une bonne dizaine de bornes de là. Impossible cependant de trouver Froidour et Long boyau. J’appelle les orgas pour savoir, et ils me disent qu’il y a une autre parcelle 120 beaucoup plus proche. En effet, je la repère sur la carte. On se met en route en se disant que si on va vite, on va pouvoir déplier les duvets et faire un vrai dodo. Jack à des ampoules, mais il tient le choc, il prend même soin de moi, car il me fait boire quelques gorgés d’eau. Je fais un point topo régulièrement pour suivre notre progression. On ne croise personne, à croire que nous sommes les seuls sur le terrain.
On arrive à un carrefour présentant 5 ou 6 chemins, je suis inquiet, car normalement on ne doit trouver que des petits croisements. Point topo. C’est bien ce qu’il me semblait, on a raté le dernier chemin que l’on devait prendre. Demi-tours, et on recommence. On finit par trouver notre sentier, et on arrive à un carrefour. C’est le lieu que j’avais marqué sur la carte pour notre balise. On commence donc les recherches. Rien. Un apron rocheux est juste au-dessus de nous, et on pense que l’on trouvera peut-être plus de trucs en haut. Donc on monte. Arrivé en haut, on pose les sacs, et je regarde la carte. Merde ! Décidément se planter 2 fois en topo en l’espace de 30 minutes ça fait beaucoup. On n’est pas au bon croisement. Celui que l’on cherche est 300 mètres plus loin. Quand j’ai marqué notre objectif sur la carte, je n’ai pas pris le bon carrefour, d’où mon erreur. Nous voilà donc repartis. Arrivé au bon endroit cette fois, on cherche, mais il fait noir, et même avec les lampes on ne trouve rien. On va donc dormir.
Jack sort le duvet et s’installe confortablement. Perso, j’ai la flemme de tout sortir, donc j’enfile un top thermique que j’utilise en kayak, et m’endors dans ma ghillie. Je dors comme un gosse, et suis juste réveillé à 6h quand l’humidité du sol remonte. Je me lève donc et regarde le jour se lever. A 7h, je réveille Jack, qui ressemble à un Worms congelé. Il y a beaucoup de vélos autour de nous, donc on mange tranquillement caché derrière notre rocher.
Image

On trouve la balise en 2 minutes, et on appelle les orgas pour avoir notre position pour la cible.
Leur message se fait attendre, en raison de la couverture réseau presque inexistante. Quand il arrive, on a perdu presque 30 minutes ! « Route des gorges de franchard ; parcelle 116 ; tirs entre 9h20 et 9h50 ; 2 essais max».
On ne se fait pas prier pour se mettre en route, on a 1h30. La cible se trouve de l’autre côté de la ligne de crête qui est derrière nous. Arrivé sur la crête, on décide de se mettre à mis hauteur dans la pente pour être couvert par la végétation, mais rester à porter de tirs pour une éventuelle rencontre. Jack arme son bolt, mais la surprise j’entends un clack ! J’imagine déjà le pire, il réarme et même chose. Sa sear vient encore de lâcher, mais juste avant le tir, et dans la zone, où l’on est sur de croiser du monde, car la cible est dans le coin. Il va donc devoir me couvrir au GBB.
On progresse lentement. Soudain, j’aperçois un binôme de sniper sur le chemin en contre bas. Je dis à Jack de se planquer. Ils nous ont vus. On se place en position de tirs, mais à l’abri derrière un rocher. Jack attend l’autorisation pour le tir. « Autorisation reçue tu peux y aller ! ». Je commence donc le tir. Ils sont loin, mais au premier tir, même si je vois que l’on est juste en portée, avec le dénivelé, je peux faire le out. Je compense la portée en prenant quelques mildot en hauteur et 3 sur le coté gauche, car il semble y avoir un léger vent. Je vois les billes passer juste à côté, j’ai même plusieurs fois l’impression d’en voir une ou deux le toucher, mais comme il ne se déclare pas out, je considère que je l’ai raté. J’utilise 15 billes pour les sortir par un tir magnifique. Je suis trop fier !!! Surement mon plus beau out d’airsoft, et à cette distance c’est plus du moule shoot que du hyper calculé, mais le résultat est là, on vient de marquer quelques points.
J’aurais trop voulu avoir un télémètre pour mesurer la distance !

Je regarde ma montre, et je vois que l’on est grave à la bourre sur le timing ! On accélère le pas, et on marche comme un troupeau de sanglier. Le plus important pour le moment ce n’est pas la discrétion, mais d’arriver à l’heure pour la cible.
Au détour d’un chemin, je me fais canarder par un groupe d’assaillant. Juste le temps de me planquer et d’éviter les billes. Jack monte sur la butte et tente de les choppers par en haut. Grand bien lui en a pris, car il ne pense plus à moi, ce qui me permet d’en sortir un par une bille dans le coude. Encore des points.
On trace le chemin, c’est presque l’heure du tir, et on n’a toujours pas la cible en vu… Ca craint du boudin !
On arrive sur la zone où l’on aperçoit plusieurs cibles. Je trouve la mienne, je sais que l’on est vraiment limite en temps donc je ne prends pas le temps de régler mon bolt, et je tente les tirs. 2 billes partent trop haut. Je corrige donc de 2 mildot. La suivant touche, mais il y a du vent, donc c’est dur d’être précis. De plus, le trafic de cycliste est très important, donc il faut tirer entre 2 vagues, donc pas le temps d’attendre que le vent se calme. Je tire une autre bille qui touche le « 1 ».
J’entends une rafale et Jack se sort. Je ne comprends pas trop, mais je vais me planquer derrière une souche. Le mec qui a tiré, nous a regardé tirer, il tapait la discute avec un orga, donc on ne sait pas méfier…
On retrouve un groupe d’assaillant, Iceman et Chat d’eau dans un petit trou où ils étaient en stand-by. Je suis très déçu de mon tir, mais le principal c’est de s’être marré, et là ça a été le cas.
Pour nous la phase de jeu de l’OP s’arrête là.

Quand Lonewolf nous rejoint, on part avec Iceman faire quelques tirs avec nos APS-2 (non aucun sectarisme^^). J’ai trouvé ça super enrichissant de discuter sur nos mécaniques, en s’échangeant quelques conseils.
On tirs vers un binôme de snipe qui vient chercher sa cible pour leur faire peur, puis on reprend notre activité. Au moment de partir, je me prends une bille juste au-dessus de l’œil gauche en plein dans le front. C’était le binôme, à qui on avait fait peur juste avant. Il croyait que l’on était encore en jeu… Dommage pour eux, malgré ce joli shoot, il ne leur rapportera pas de points.

On retourne aux voitures, en discutant, et en apprenant que les plombiers se font vraiment des couilles en or ;) (Merci Iceman).

Juste avant d’arriver, petite photo de famille de nos bolts.
Image
Image

Les spoter épuisé du « travail » fourni…
Image

On commence à prendre l’apéro entre sniperlandais.

Les orgas nous dévoilent alors le résultat : 3 binômes sniperlandais sur le podium. Iceman et Chat d’eau 1er, Fred et Swagger 2ème, et Loky et Jackportenawak 3ème.
Nous sommes super surpris de finir 3ème, mais super contents aussi ^^
On félicite les orgas, puis on range nos affaires pour partir se faire un Mcdo avant de nous séparer et reprendre la route. (C’est d’ailleurs à ce moment, en voyant les performances en topo d’Iceman, que l’on a compris pourquoi ils avaient marché 65 Km…).

On rentre sur Poitiers, avec plein de souvenirs en tête, et bien fatigué également…

Rendons à César se qu’il lui appartient, nous finirons finalement 4ème !


Bilan sur l’OP :
Points positifs :
-La première OP pour moi
-Bien organisé
-Un coin magnifique
-De super rencontres

Points négatifs :
-Système de sms pour tirer coupant un peu le jeu
-Pas d’immersion dans le scénario
-Pas assez de monde en assaillant.

Maintenant, je suis super motivé pour participer à TCH, mais j’hésite encore, car ce n’est pas tout à fait le même engagement…

Merci de m‘avoir lu jusqu’au bout ! Et un GRAND MERCI pour l’organisation qui c’est démenée pour nous offrir une belle OP comme celle-ci !
loky

Avatar de l’utilisateur
Fred
membre du bureau
Messages : 2648
Inscription : 01 févr. 2010 0:37
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par Fred » 02 avr. 2012 12:37

Chouette feedback ! Merci à toi ! Beau parcours.
Un peu déçu de ne pas avoir été là pour la photo de famille des bolts... :(

+1 pour trouver le McDo, on a du passer devant devant 3 fois avant de trouver l'entrée ! Je sais pas si on aurait du faire confiance au binôme gagnant sur ce coup là ! :mrgreen: Ça aurait du leur valoir -3 au classement général !
Image Image
Image

Avatar de l’utilisateur
loky
membre du bureau
Messages : 2798
Inscription : 03 juil. 2009 12:34
Localisation : Annecy
Contact :

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par loky » 02 avr. 2012 12:54

Je pense que tout le monde à fait un beau parcours, juste que le notre est raconté avec plus de détails 8)

Rosen
one shot one out !
Messages : 600
Inscription : 22 avr. 2010 19:32

Re: Feedback Griffe Noire 2012 Fontainebleau

Message par Rosen » 02 avr. 2012 18:05

@loky : On vous a volé la troisieme place :mrgreen:
Les orgas s'etaient plantés dimanche.
ImageImage

Répondre