Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Allez papy, raconte nous encore comment tu as decimé l'equipe adverse bille à billes !
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Renan
one shot one out !
Messages : 5389
Inscription : 11 juin 2010 7:51
Localisation : Gard
Contact :

Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par Renan » 01 nov. 2011 21:07

Comme nous sommes pas-mal a être intéressé, j'ouvre le bal des feed-back.
Mais cette fois, sans humour, je me suis moi-même resté en travers de la gorge...

Je voulais faire un feedback complet avec des vidéo et des photos... Je voulais donner le meilleur de moi-même... Je voulais faire en sorte, pour une fois, de réussir un truc.

Je me suis lamentablement raté...

Bref, le retex d'un foirage, c'est tout de suite, a vous les studios!

28/10/2011 à 11.00:
Je reçois mon spoter chez-moi pour les derniers préparatifs! Nous passons l'après-midi a régler nos répliques. Mon Type 96 décide d'ailleurs de n'en faire qu'a sa tête. Bilan, une portée "efficace" de 50m a peine... Le trophé s'annonce difficile.
Quoique! Le SL8 de mon spoter a une portée efficace de 45m! Y'a pas de justice!

28/10/2011 à 16.00:
Nous chargeons notre équipement dans nos gilets respectifs et effectuons les derniers tests d'usage. Le sac de mon spoter s'avère trop petit pour accueillir tout son matériel, il va falloir trouver une solutions efficace rapidement... Après quelques test, nous n'avons pas d'autre choix que de lui sangler le duvet roulé sur le dos, la ghillie clipée par dessus. C'est pas top, mais on fera avec!

29/10/2011 à 09.00:
Je sort du lit, confiant, un petit-dej et nous chargeons [strike]le hummvee[/strike] la clio. Nous somme sur le départ.

29/10/2011 à 10.00:
Nous partons avec l'idée de faire un petit tour de repérage sur zone une fois sur place! Qui sait, ça peut servir!

29/10/2011 à 13.00:
Arrivée au parking du lac de Puivert, nous prenons notre dernier vrais repas chaud pour les 48h a venir!

29/10/2011 à 14.55: Nous apercevons un charmant personnage coiffé comme Kojac un peu plus loins sur un parking. Je le shouff au spoting scope depuis notre véhicule pour confirmer son identité. Il s'agit bien de Marsouin! Nous filons le rejoindre.

29/10/2011 à 15.00: Arrivée du Terminator...

29/10/2011 à 16.00: Arrivée en différée des plastrons!

29/10/2011 à 17.32: Arrivée de Denis, le spoter du terminator ainsi que de Fred et de Blackout! Nous sommes déjà équipé.

29/10/2011 à 18.00: Départ des plastrons qui vont se positionner sur leurs poste. Mon spoter et moi en profitons pour parfaire notre tenue en adoptant un maquillage facial intégrale.

29/10/2011 à 19.00: On commence a se demander ce que fiche Marsouin

29/10/2011 à 19.??: On se relâche un peu et la plupart des participant s'est mis a l'aise!

29/10/2011 à 20.??: Marsouin revient pour nous mener a notre zone de largage, non sans nous gratifier de derniers conseils plus que judicieux!

29/10/2011 à 20.??: Nous somme enfin sur notre zone de largage. Nous tirons nos objectif au sort. Notre première mission consiste a libérer un otage sur une zone hostile dont nous possédons les coordonnées UTM. Mon spoter et moi nous mettons en devoir de définir un itinéraire. Nous consultons les avis stratégiques des autres Binômes et optons, sur les conseil du terminator, pour la solution la plus "simple" a savoir, suivre les sentiers! Une solution que nous aurions du, d'ailleurs, garder a l'esprit plus longtemps...

29/10/2011 à 21.00: Le premier binôme est sur le départ. le groupe Alpha, composé de Fred et de Blackout prend la route et part a l'opposée du GR qu'ils avaient décidé d'emprunter. Nous saurons plus tard pourquoi!

29/10/2011 à 21.05: On profite du temps de pause entre deux départs pour bouffer une MRE... C'est fascinant ce truc! Les carottes ont un gouts de barquette en polystyrène de boeuf et le boeuf a un goût de papier hygiénique... Et dire qu'on a que ça a bouffer pendant 2 jours...

29/10/2011 à 21.30: Ça y est, c'est le départ! Notre objectif est a 12km de notre point de largage! On devrait pouvoir y être au point du jour. Nous partons sur la route d'un bon pas.

29/10/2011 à 21.40: Mon spoter a pris la tête, concentré sur notre itinéraire, je tente de percer du regard une végétation dense comme une petite jungle équatoriale... Enfin, de nuit, c'est très sombre...
Bon, d'accord, on y voit comme a travers une pelle! Mais ça ne m'empêche pas de percevoir une lumière clignotante sur nos 2h! Je tente de prévenir mon spoter qu'il me semble que nous fonçons droit dans une embuscade. Première mauvaise surprise de la soirée, mon headset ne marche plus! Je dois donc presque crier pour avertir mon spoter.
Nous faisons halte et je tente d'observer la lumière tout en tendant l'oreille.
Les éclats de voix et les discussions sont incompréhensible. Je décide de grimper sur le coté de la route dans un champ qui la surplombe. Je suis de plus en plus persuadé qu'un groupe de terroriste sécurise la route. J'enfile ma ghillie...

29/10/2011 à 23.15:
Fausse alerte. Dans une maison isolée, un groupe de con regardais simplement star académy ou un truc du genre. J'enrage... En descendant de mon talus, suivit par Karl qui manque de se casser la gueule, je remarque deux silhouette sombre qui tentent de se faire oublier. Je pense identifier le binôme Charlie composé du Terminator et de Denis. Mais comme on est jamais trop prudent, je me dirige vers eux en sortant discrètement mon P226 de son holster chien armé. Nous décidons de faire un bout de chemin a 4 jusqu'à un croisement où nos chemins se séparerons.

29/10/2011 à 23.??:
Nous somme arrivé a ce qui doit être l'entrée d'un premier GR qui doit nous emmener de l'autre coté d'un relief... Du moins ça devrait être là! Après un aller-retour de 600m, on opte pour une traversée de champ. Je constate du même coup que les chaussure de brousse ne sont pas une bonne idée dans les prés... Adieux petits petons secs...

29/10/2011 à 23.??:
Nous décidons d'user du GPS pour retrouver notre chemin! Après quelques talonnement, nous finissons par passer la crête et par nous diriger vers "la grange" après laquelle nous devrions nous séparer...

30/10/2011 à 00.03: La grange est en face de nous, il va falloir la traverser malgré son éclairage. Denis passe en premier pendant que je le sécurise a la lunette. Puis le Terminator, moi et enfin Karl qui se déplace presque aussi silencieusement qu'un chat!

30/10/2011 à 00.??: De l'autre coté de la grange, nous faisons halte près d'une rivière pour grignoter et pour faire de l'eau dans la rivière. Nous repartons une petite demi-heure plus tard.

30/10/2011 à 00.??:
C'est l'heure de se séparer! Après un dernier topo carte, sur les conseil du terminator, nous optons, Karl et moi, pour un Azimut brutal afin de rejoindre notre GR! Ce sera là notre plus grande erreur stratégique... Elle nous sera fatale...

30/10/2011 à 01.??:
Nous avons quitté la route et avançons dans les champs. L'humidité de mes bottes a passé le seuil de l'acceptable.

30/10/2011 à 01.??:
C'est notre 3em topo carte avec prise d'azimut. Nous avons fait les premiers sous bâche pour masquer la lampe, mais les point de repère de nuit sont presque invisible. Je ne parviens pas a me repérer...

30/10/2011 à 02.00:
Deuxième erreur stratégique. Après avoir enfin trouvé deux points sur lesquels se régler, j'ai défini le bon azimut. Mais ce dernier nous emmène dans un champ de ronce. Après une courte hésitation nous nous y engageons.

30/10/2011 à 02.45:
Celà fait 3 quart d'heure qu'on cherche le moyen de progresser vers le haut! Je suis énervé et la pente très raide rend la progression horriblement douloureuse!

30/10/2011 à 03.25:
Je décide de faire demi-tour... Impossible de rebrousser chemin, je ne trouve aucun des accès que j'ai parcouru. Il faut se rendre l'évidence, Karl et moi somme coincé...

30/10/2011 à 04.00:
Nous avons tenté de nous frayer un chemin au sécateur sans succès. Nous décidons donc de dormir et d'aviser au matin! Nous déployons rapidement nos couchage respectif. Je décide de dormir pied nu et sans mon treillis car la nuit est plutôt douce. Je crains pour mes orteils. C'est donc en calçon long et en T-shirt technique que je m'endors.
Premier point positif de la soirée qui me permet de m'endormir un peu moins frustré, mon emport a été très bien pensé... Et mon couchage est efficace!

30/10/2011 à 06.45:
Réveillé par des chiens de chasse, nous bondissons dans nos tenues et contactons Marsouin:
Nous ne somme pas sûr de parvenir au premier objectif a temps. Nous décidons de tenter le coup quand même!

30/10/2011 à 08.00:
Nous progressons lentement. Mes jambes et mes pieds m'angoissent... J'ai la sensation d'avoir cramé trop d'énergie la veille et de ne pas parvenir a reprendre du poil de la bête.

30/10/2011 à 09.00:
Je suis épuisé. La progression est plus aisée de jour, mais la raideur de la pente est loin de nous faciliter la tâche. Je croque une barre énergétique "dernière chance" spéciale marathonien...

30/10/2011 à 10.00:
Nous avons enfin atteint le GR! Bilan: une progression de 500m en 2h! A ce train là, impossible de finir l'objectif a temps... Je jette l'éponge et rejoint les Orgas pour jouer les plastrons, la mort dans l'âme...

Bilan de cette débandade:

Positif:
Des gens adorables et un décors vraiment superbe! Une organisation excellente, des plastrons très bon joueurs et très dévoué a leurs rôle. Marsouin, très compréhensif. Un emport qui m'a convaincu de son efficacité même si je compte le modifier un poil (surprise surprise =x).

Négatif:
Terriblement déçu d'avoir fait tant d'effort et dépensé autant en temps et en argent pour en arriver a un résultat a ce point minable. Aucune satisfaction personnelle sur une performance en dessous de tout. Je suis très fier de mon Spoter qui m'a soutenu et payé le prix de mes erreurs sans se plaindre et sans me faire aucun reproche...

Conclusion:
Je serais là l'année prochaine! Soit en plastron si je n'ai pas réussi a clarifier certaines choses d'ici là, soit en joueur si je m'estime capable, cette fois, d'y arriver...

Et je voudrais remercier Marsouin et ses parents pour l'organisation, et Denis, Mossy, Fred, Blackout et surtout Remi (Allias "Karl" mon spoter) pour leur sollicitude!
Image
"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette au fraises de nos illusions"
Boulet

Avatar de l’utilisateur
groquik
one shot one out !
Messages : 4150
Inscription : 11 avr. 2004 21:15
Localisation : Toulouse cong !

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par groquik » 01 nov. 2011 21:46

premier feedback mais triste de t entendre te jeter la pierre ça aurait pu être la bonne décision. Sur le terrain on se doit d'improviser, peut être y avait il un binome de "plastron" sur le chemin ...
Image

powerp
et non, le groquik sauvage n'est pas un prédateur, sauf pour les lapins en chocolat

Avatar de l’utilisateur
Alumyx
membre du bureau
Messages : 10109
Inscription : 17 juin 2008 22:07
Localisation : Hong Kong
Contact :

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par Alumyx » 01 nov. 2011 22:25

Tu me ferais presque culpabiliser d'être arrivé jusqu'au bout... et ce n'est nullement de la moquerie de ma part ! Je suis arrivé comme un touriste sur ce trophée (J'étais quand même le seul plouc à se pointer sans lampe sur une épreuve majoritairement nocturne...), et après avoir pas mal discuté avec Fred et Alexis, puis lu ton feedback, je me rends compte de la chance que j'ai eu... Mossy, c'est surtout toi qui nous as "tiré" jusqu'au bout, merci beaucoup espèce de Terminator ! Bon, on a plus qu'à suivre la cure de jouvence proposé par Marsouin, et retenter l'expérience l'an prochain !
Image

Avatar de l’utilisateur
loky
membre du bureau
Messages : 2798
Inscription : 03 juil. 2009 12:34
Localisation : Annecy
Contact :

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par loky » 01 nov. 2011 22:43

Je rejoins groquik, te jettes pas la pierre, en tout cas tu as pu vivre une aventure formidable et ça fait plaisir de voir que tu es partant pour la futur édition :wink: En tout cas bravo à tout les participants car ça n'a pas du être qu'une partie de plaisir.
Et bien sur Félicitation à Alu et Mossy pour leur réussite.

Avatar de l’utilisateur
Big moustache
one shot one out !
Messages : 629
Inscription : 08 févr. 2010 19:25
Localisation : Paname

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par Big moustache » 01 nov. 2011 23:22

Alllez, allez Renan, haut les coeurs.
Ca ira mieux la prochaine fois et c'est en faisant des erreurs que l'on apprend à ne plus en faire.
B.m.
P.S. : Si il y a une seconde édition, j'en serai surement.
Je ponce donc j'essuie.
La moustache vaincra!
Image
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
MOSSYOAK
one shot one out !
Messages : 350
Inscription : 25 janv. 2011 22:58
Localisation : à 5 minutes de perpignan
Contact :

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par MOSSYOAK » 02 nov. 2011 3:09

Le mini bus est chargé, trop chargé, mais j'aurai le temps de faire un dernier tri en arrivant à Puivert car je ne sais pas se qu'a prévu d'amener mon binôme , l'éloignement et surtout le manque de temps libre ne nous à pas permis de nous concerter réellement sur l'emport !

Arrivé comme prévu vers 15h30 Commandant Marsouin est la avec un sourire en coin laissant transpirer une petite excitation à l'idée de nous confronter aux joyeusetés qui nous a concocté !
Le binôme Renan/remy sont déjà la aussi avec un sourire radieux qui me laisse imaginer leurs envie d'en découdre.

LA météo à surement du aussi jouer sur le sourire de Renan car même si le ciel est bien couvert on voie que le pire est déjà tombé,mais se plafond bas ne nous laisse pas entrevoir les points culminants que nous allons à coup sur avoir le plaisir de visiter.

L'heure avance et mon binôme n'est toujours pas la, après un petit coup de fil me voilà fixé, il n'arrivera pas avant 17:40 alors que le départ est normalement prévu pour 18:00, de plus l'option de ne prendre qu'un « gros » sac que l'ont porterais à tour de rôle me semble impossible car le sac de d'Alu est déjà bien rempli alors qu'il n'a même pas la moitié de ses repas et que même en optimisant aux mieux je pensé lui passer un peu moins de 5 kilos (duvet,hamac, change, repas, réchaud, nvg, petit outillage)

bref, je décide de prendre mon sac de rando 60+2X5 L plus une petite ceinture multi poche de 4L toute poche confondu , se qui me permet de prendre tout un tas de chose qui ne me servirons très certainement pas mais au cas ou... ex : 20 mètres de para-cordes, un multi tools, 8piles de plus AA, une paire de chaussette de plus, un maillot de bain etc...
me voilà donc avec un petit sac de 25 kilos sans mon couchage que je pense refiler à Alu
Ça peut vous paraître beaucoup en poids mais je me connaît plutôt bien et je sais que jusqu'à 35 kilos tout compris je peux me déplacer en montagne avec des dénivelés de 1000/1200 mètres jours pendant plusieurs jours.

Mais quand je voie comment Renan a peaufiner son emport je culpabilise un peu et je me dit que peut être je ne pourrais pas me déplacer assez vite en cas d'accrochage ou si je dois soulager les épaules de mon spotter en cas de coup de pompe passager !

Je vous passe les péripéties du voyage de Denis pour arrivé, bref il n'arrivera qu'a 18:15 a cause d'un accident qui bloquait la route
tout le monde est la maintenant, et commandant Marsouin s'adapte au retard en commençant par placer les « vilains » sur leurs zones respectives afin de nous laisser le temps de tergiverser sur les fourberie qu'on nous a préparé l'Orga.

Bon ça y est ! Nous voilà parti pour un Kaishkayage sur zone en territoire hostile ! Il est assez tôt et nous voilà lâché en contre haut de la route et nous devons tirer au sort notre premier objectif
nous aurons le C que nous baptisons donc Charlie , moi Tango et Alu Sierra
sur la carte,les coordonnées de notre point de départ, la photo d'un gars (contact) et une coordonnée UTM avec juste un mot du commandement « attendez vous à tout »

le ton est donnée départ toutes les 30 mins.
11H pour le binôme Alpha
11h30 pour Bêta
00h00 pour nous
ça nous laisse le temps de nous plonger dans la carto et d'étudier notre plan d'action et d'approche chacun dans notre coin car après tout nous somme en concurrence !
Mais la curiosité et le besoin de se rassurer prend le dessus sur les 3 binômes et on se demande l'un l'autre les choix d'itinéraires et un peu voir aussi si on ne risque pas de tomber sur un objectif qui ne nous ai pas destiné et vue que le commandant nous à laissé ensemble c'est surement qu'il n'y voie pas d'inconvégnant sinon il nous aurais séparé des le départ...

inconsciemmenttj'essaieieiedissuaderderder Fred de prendre l'option d'un azimut brutal de nuit car d'expérience c'est de loin la chose la plus dure et aléatoire qui soit, surtout quant il faut minimiser l'éclairage pour ne pas griller notre furtivité, mais je ne veux pasm'immiscermisser dans leurs stratégie et je leurs dit simplement se que moi je ferrais en indiquant les raisons de mes choix

les plans sont établies et il nous reste encore du temps que nous mettons à profit pour se sustenter ou dormir un peu afin d'être d'attaque pour le top chrono !

Pour ma part, j'ai déjà manger et je décide de rentrer en méditation transcendantale (faire un clouquouil) comme on dit chez nous, Alu à déroulé son « petit » matelas de 60 cm de large en polyéthylène expansé et semble déjà dormir comme à la maison .
le sol est complètement détrempé mais je ne vais pas m'amuser à installer mon hamac surtout que des que l'on touche un arbre on prend 3l d'eau sur la nuque, je m'adosse à mon sac assis dans l'herbe en savourant une fois de plus les qualité du gore-tex de ma salopette qui pourtant accuse presque 15 ans de bon et loyaux services.
En repassant en boucle l'itinéraire dans ma tête et pour rester compétitif je me dit qu'il va falloir que l'ont s'allège un peu !
22h30 je réveille Alu qui ne dormait pas vraiment et je lui fait part de mon envie de faire une cure d'amaigrissement radical, et la perspective de s'alléger lui va à ravir
je lui dit de me rendre mon emport couchage et je vire tout sauf mon sur-sac en gore-tex ( 1,620kg de moins) puis mon sac étanche de compression avec mes changes, virés, sauf un tee shirt, une micro polaire et une paire de chaussette , j'enlève aussi quelques piles,mon hamac, un chargeur de glock, une grosse polaire et deux trois merdouille plus tard nous voilà allégé de plus de 6 kilos ( pas mal en 20 min, non?) , se qui ramène mon sac à 21 kilos mais au détriment de mon confort ! De toute façon on est pas la pour enfiler des perles...

le commandant reviens pour le top chrono, nous partirons les derniers , il nous reste donc encore une heure à essayer de tiré les vers du nez à Marsouin afin qu'il nous lâche quelques infos supplémentaire, mais rien à faire, il est mort de rire en repensant au plan qu'il nous a préparé, tout en essayant de nous mettre des petits coups de pressions qui on l'air de faire effet sur Renan et Rémy car l'heure approche et de grand soupir s'échappe, qui trahissent un léger stress tout à fait normal à se stade !

Alpha est parti, mais complètement à l'opposé du plan établi, j'ai pas encore compris pourquoi !je le saurais peut être dans le feedback !
Bêta s'élance dans la mission d'un pas bien décidé ! Et c'est enfin à notre tour.

Les premiers mètres débutent sur la route avant de retrouver un GR qui nous mènera jusqu'à la plaine mais a peine 10 min après notre départ dans la nuit noire je distingue, une, puis deux masses sombres sur la route avec des bruits assez sourd du sol ! Je pense d'abord à une compagnie de suscrofa qui pourrais vermiller sur le bord, mais ces deux boules difformes grossisse à vue d'œil et ne laisse plus aucun doute sur la présence de deux yéti hirsute qui rebroussent chemin ! En guise de somations un petit « bonsoir » pour se signaler nous rassure immédiatement et nous permet de ranger les backups !
Vous avez lu pourquoi ! Je ne vais donc pas m'étaler sur ce petit contre temps et nous voilà parti à 4 en direction du fameux GR qui ne se laissera pas trouvé des le départ car par nuit noire dans le brouillard, je ne vous apprend rien en vous disant que c'est assez coton de naviguer au mètres prés....
la suite ! Bientôt I'LL BE BACK
Dernière modification par MOSSYOAK le 02 nov. 2011 9:38, modifié 1 fois.
s'entraîne pour que le tir devienne une formalité....

Avatar de l’utilisateur
loky
membre du bureau
Messages : 2798
Inscription : 03 juil. 2009 12:34
Localisation : Annecy
Contact :

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par loky » 02 nov. 2011 8:31

Hate d‘entendre la suite ! ÇA donne envis de le faire en tout cas...

Sebastos

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par Sebastos » 02 nov. 2011 21:38

Ah il faut absolument que je vous raconte la phase 2 vécue par moi, l'informateur caché dans le hameau de Campbonnaure (qui n'est pas un camp en réalité, mais bien un petit village).

Afin de tester les capacités d'infiltration et de progression de nos binômes, j'avais intégré au programme du trophée une exploration de hameau, ceci afin de trouver un informateur (moi) qui connaissait l'identité des cibles prioritaire, le lieu et l'heure de leur rendez vous.
Malheureusement pour les snipers, je ne devais être présent dans le hameau que de 21h à 23h00, ce qui finalement n'a pas vraiment posé de problème mais nous verrons ça par la suite. Non, ce qui posa le plus de difficulté était les 14 plastrons que j'avais pris soins de placer aux différents accès du village.

Chronologie :

20h30 - je poste chaque groupe de plastrons aux abords du village avec pour mission d'en interdire l'accès et de ne surtout pas y pénétrer eux même, mais ça, les snipers ne le savaient pas :twisted:
21h00 - je m'engage dans une petite impasse dans laquelle l'obscurité règne en maître, je craque mon cyalume qui, bien que désigné comme blanc sur l’emballage, semble plus mauve que blanc ... pas grave, le principal est d'avoir un cyalume et je ne pense pas que beaucoup de personnes ce promène avec un tel accessoire à cette heure ci dans un village aussi désertique.
21h15 - on me signale une première altercation. Un sniper vient apparemment de prendre à partie l'une de mes sentinelles.
21h30 - je me dirige vers le groupe de plastrons que j'ai posté au bas du hameau pour leur dire d’arrêter de faire gueuler les chiens de chasse enfermé dans le chenil à 50m d'eux.
21h45 - je remonte la rue et arrive au croisement de la rue principale. un coup d'oeil à gauche, rien, pas un chat, j'entame le contournement de l'unique maison faisant office de "rond point" au centre du hameau
21h45 et 30sec. - j'arrive à nouveau sur la rue principale (30 secondes pour faire le tour le maison). Un coup d'oeil à gauche, rien, un coup d'oeil à droite ... :shock: bordel, un sniper me tiens dans sa ligne de mire, mais comment a t'il fait ? Il n'était pas là il y a 30 secondes !!! Surpris vraisemblablement tous les deux, nous décidons au bout de 5 ou 6 seconde de nous rapprocher. Alumyx, je sais pas pourquoi, ça ne m'étonne même pas. Je décide de procéder à la distribution d'information dans l'obscurité de l'impasse dans laquelle j'avais pris position au début de cette phase ... eh, faut suivre hein.
21h50 - je donne les infos et montre l'objectif sur ma carte. Après les avoir enregistré, Sir Alumyx me demande si c'est terminé et s'il peut partir, à quoi je réponds, "tu peux y aller". Je replie ma carte pendant qu'il sort de l'impasse. 10 secondes s'écoulent avant que je sorte moi aussi de l'impasse et là .... :shock: .... bein merde !!! Où il est ???

Apparu comme un fantôme et repartie de la même façon, c'est ce que je retiendrais de cette phase de jeu ... ayant prévu cette phase pour faire flipper les snipers, sur le coup, c'est moi qui ai flipper, et tout ça, au nez et à la barbe des plastrons qui n'attendaient qu'une chose, se mettre du sniper sous la dent.

Rassurez vous, Fred a aussi fait honneur à son statut de sniper. Bien que moins impressionnant, il a tout de même réussi à rentrer seul dans le village, récupérer les infos et repartir sans être vu ... et en plus, il a trouvé le luxe de mettre une bille dans l'épaule de Renan qui à ce moment là était passé plastron.

Et là, moi je dis : "bravo messieurs"

Avatar de l’utilisateur
Renan
one shot one out !
Messages : 5389
Inscription : 11 juin 2010 7:51
Localisation : Gard
Contact :

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par Renan » 02 nov. 2011 21:43

Et quelle bille! Sortie de nulle part alors que j'étais planqué a couvert derrière un arbre! Il n'était visible de ma personne qu'une épaule, un bras et une tête!

Merci d'ailleurs a Fred d'avoir choisi l'épaule =x
Image
"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette au fraises de nos illusions"
Boulet

Avatar de l’utilisateur
Alumyx
membre du bureau
Messages : 10109
Inscription : 17 juin 2008 22:07
Localisation : Hong Kong
Contact :

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par Alumyx » 02 nov. 2011 22:52

@ Marsouin : je peux déjà te dire que la même action raconté de mon point de vue sera BEAUCOUP moins héroïque ! Je ne passerais même pas sous silence mon saut la tête la première dans un tas de fumier ! :mrgreen:
Image

Avatar de l’utilisateur
Fred
membre du bureau
Messages : 2648
Inscription : 01 févr. 2010 0:37
Localisation : Le Havre
Contact :

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par Fred » 03 nov. 2011 1:33

A mon tour de raconter ma version de cette aventure.

Ce sont les retex des 2 premières éditions de la plume blanche qui m’ont donné envie de participer au trophée Craig Harrison dès que j’en ai entendu parler.
C’était au mois de mai, je n’avais pas de gear, une réplique largement perfectible. J’ai arrêté le sport après le BAC (c’était il y’a 13 ans..). Je pèse 70kg tout mouillé…
On décide donc de s’inscrire, avec mon frère qui, part la suite, ne pourra finalement pas m’accompagner. Alu me mettra en relation avec Blackout sur le forum Sniperland et c’est lui qui deviendra mon binôme de choc.
Au fil des mois, j’ai fiabilisé du mieux que je pouvais mon bolt. J’ai parcouru des dizaines de forums de rando, découvert le Bushcraft (merci eXtremilsim).
Je me suis équipé en optant pour le Vegetato (D5), particulièrement efficace dans les régions du sud de la France.

Très rapidement, le mois d’octobre pointa son nez, dernière ligne droite : les derniers gears, les tests d’emport, un peu de course à pied,… la pression qui monte.

La dernière semaine avant le départ fut particulièrement éprouvante au taf (je suis marin, sur un remorqueur). Je me suis en plus choper un bon gros rhume comme il faut, bref… c’est après 1h30 de sommeil et 24h de boulot dans les pattes que je saute dans le train en gare du Havre, vendredi 28 octobre à 10h03, 18kg de matos sur le dos. Dès les premiers mètres sur le quai de la gare, je réalise que ça va être très dur, que j’allais en chier. C’est donc plein d’appréhension que je monte dans le train direction Beziers, mélangée à l’excitation de ce que j’allais vivre et des rencontres que j’allais faire.

Après moult péripéties dont seule la SNCF connaît le secret, j’arrive à Montpellier où Alumyx m’attend. C’est chez lui qu’il est prévu que je passe la soirée et la nuit précédent l’OP.
On saute dans le TER pour Béziers, le courant passe tout de suite très bien avec l’Alu (pourtant non conducteur !). Un mec super jovial et généreux, tout comme sa famille.
Arrivé à Abeilhan, petite visite des lieux, repas copieux (un délicieux lapin…. Signe de mauvaise augure suprême, pour nous les marins…).
Derniers préparatifs, quelques sacrifices dans mon emport, le sac tout équipé avec la réplique dedans pèse finalement 16,5kg, 13,5kg si je porte le bolt dans les bras. Il va falloir faire avec.
Le lendemain, Blackout passe nous prendre vers 15h, direction Puivert. Sur la route, nous sommes pris dans un embouteillage. Nous arriverons en retard mais ça nous permet de prendre connaissance du paysage qui nous attend.. Et ça va grimper sévère..

Vers 19h30, nous arrivons finalement sur le parking du lac de Puivert. Quelques plastrons sont encore là, je fais la connaissance de Safari et de son quad Yamaha, qui nous mettront bien la pression quelques heures plus tard.
On se met en tenue rapidement, de toute façon, tout est déjà prêt : le sac, la réplique dans le sac, le PA sur la ceinture du sac, l’humiliator dans la poche de mollet du pantalon.. Paré.

21h, Marsouin et Safari nous emmènent tous les 6 dans deux 4x4 pour nous abandonner au milieu d’un champ avec la consigne d’attendre ici jusqu’à 23h. Marsouin nous distribue au hasard une carte à chacun. Sur cette carte figure: un lettre (pour nous, ce sera Alpha), les coordonnées UTM de notre position actuelle et celle de notre prochaine destination.
Ce prochain objectif consiste à rencontrer un contact dont nous avons la photo et d’obtenir de sa part des informations sur la suite de la mission. A un détail près, le contact est gardé par 2 cibles que nous allons devoir neutraliser.

Nous attendons tous que sonne 23h avec impatience. A ce moment, on a tous mangé un morceau, découvert les MRE pour certains ( !) ou des saveurs moins désagréables pour d’autres.
C’est à ce moment que tous les binômes ont étudié la direction à prendre et les choix quant à l’itinéraire.
A ce moment, j’ai commis ma première erreur en localisant de manière imprécise notre position initiale, j’ai confondu 2 routes… Notre objectif étant le plus à l’Est des trois, j’ai pensé prendre une direction Est dès le début, pensant être sur une route qui m’emmènerait directement à Puivert et que nous pourrions ensuite traverser le village (endormi… enfin j’espère)… Je pense que mon idée n’était pas si mauvaises à la base, mais c’était juste pas la bonne route.

22h45, ça commence à sentir le départ, Marsouin nous rejoint. Les départs seront échelonnés toutes les demi-heure. Nous sommes le binôme Alpha, nous partirons donc les premiers.

23h, Blackout et moi partons le cœur léger mais sur la mauvaise route. Assez rapidement je me rends compte que nous suivons un cap au Nord-Ouest et je commence à me poser des questions. J’ai compris mon erreur. On a donc coupé à travers champ et rejoint l’entrée de Puivert. C’est à ce moment que j’ai eu les pieds mouillés pour la 1ère fois ; désagréable sensation qui se reproduira très fréquemment durant toute l’OP. Ils ne sècheront pratiquement plus jusqu’à la fin.
A notre arrivée dans le village, on entend des voix. Il y’a des gens dans la rue. Nous voyons soudain un SUV blanc que l’on reconnaît tout de suite comme étant celui de Marsouin. Il se gare, nous rejoint et nous chambre un peu sur le fait qu’on ce soit planté de route et qu’on espère traverser le bled comme ça sans être vu sous les lampadaires.
Puis, presque paternellement, il nous dit « OK, c’est bon, je ne vous ai pas vu, je suis censé informer les autres des positions des snipers mais pour cette fois c’est bon… ». On verra par la suite et très rapidement qu’il ne faut pas faire confiance à Marsouin.

On traverse le village, rapidement, en mode tacticool mais un peu dans la panique. Personne ne nous voit et rapidement on arrive à la sortie du village. En face de nous, à 1km à peine, se trouve le début du sentier cathare. C’est par ce chemin que nous sommes censés gravir la montagne devant.
Nous progressons en nous cachant des voitures, bien que, la plupart du temps, nous marchons lampe allumée, debout sur la route.. En ballade quoi !
Bien évidemment, 500m plus loin, un plastron prévenu par Marsouin nous attendait (on apprendra plus tard qu’il s’agit de Safari) et nous tire dessus. Grosse surprise. On se précipite dans les fossés qui bordent la route. Contact radio pour se localiser, on arrive à se rejoindre dans un bosquet. On subit d’autres tirs, Blackout lâche une rafale dissuasive… J’attrape mon sac et cours me mettre à l’abri plus loin. Puisqu’il est fort probable que l’un de nous se fasse sortir, autant éviter que ce soient les 2 en même temps. Dans la nuit noire, nous avons l’impression d’être attaqués par 3 ou 4 personnes alors qu’il n’y avait que Marsouin sans réplique et Safari…
Vers 2h30, nos assaillants se lassent et nous laissent tranquille. Je dois rejoindre Blackout. Contact radio difficile, je le rejoins finalement dans un champ de maïs, bien boueux. Nous avançons de quelques centaines de mètres, un peu choqué de cette entrée en matière.
Depuis le début, nous avons commis des erreurs et nous nous sommes fait attaqués.. Ca commence fort !
Avec de la boue jusqu’au genou, le moral un peu en berne, on décide de s’arrêter faire le point, dormir et repartir avec le levé du soleil. Il est 3h15.
Devant nous se dresse un hangar. On entre. Il est rempli de tas de copeaux de bois, hauts de plusieurs mètres. On en dispose une bonne épaisseur afin de se faire un matelas plutôt confortable et isolé du sol. On s’endort pour 3-4 heures, réveillés avec les tous premiers rayons du soleil, les nuages qui entourent les montagnes et la brume en filament sur la plaine. Magique.

http://www.youtube.com/watch?v=grqtMBK64Zo

On se met en marche. On emprunte le sentier cathare. Soudain, on entend le bruit d’une voiture. On se cache dans un champ derrière des buissons. Le véhicule, un utilitaire de type C15 s’arrête devant nous. Un retraité en sort, un peu bougon et ouvre les portes arrières de sa camionnette. Il en sort 2 chiens et un fusil de chasse à canons juxtaposés, du type de ceux qui ne lancent pas des billes.
Coup de panique, on hésite à appeler Marsouin ou à signaler notre position au chasseur.. Finalement, nous attendons qu’il parte et continuons notre route, bien décidés à ne surtout pas faire de hors piste. Plus tard, nous recroisons le chasseur qui nous aperçoit, marque un temps d’arrêt, quelque peu surpris, puis trace son chemin comme il était venu, avec ses chiens.
Nous décidons de nous écarter du chemin et de marcher en parallèle du sentier. Rapidement, le chemin commence à monter.
Nous sommes obligés de regagner le sentier. Nous avons parfois des hésitations aux intersections mais nous progressons plutôt rapidement.

http://www.youtube.com/watch?v=zv1_yPY_9RY
http://www.youtube.com/watch?v=mLHqrdsWU8w

Au détour d’un sentier, nous croisons de nouveau un retraité qui surgit de nul part. Il nous indique un raccourci à travers le maquis permettant de gagner du temps : une piste de sanglier comme il dit.
Et c’est parti pour 5 heures de grimpette, avec les 16kg de sac sur le dos. Le chemin monte très vite et est bordé de ravins d’une 15aine de mètres.

http://www.youtube.com/watch?v=ZKC_GiuBR7k

Le terrain est boueux et glissant. C’est véritablement une épreuve physique et mentale très forte. Au ¾ du chemin, vers 10h, nous apprenons par un sms de Marsouin que le binôme Bravo (Renan & Remy) a du abandonner. Nous ressentons un mélange de forte inquiétude pour nos collègues (espérant qu’ils ne se soient pas blessés ou autre…) et un sentiment réconfortant : nous pensions être bons derniers après notre nuit de 4h. Après confirmation par Marsouin qu’ils étaient en bonne santé, nous continuons la difficile ascension.
Ici aussi, les lieux sont magiques, les points de vue fabuleux, les jeux de lumière, la couleur de la végétation… C’est superbe.

http://www.youtube.com/watch?v=GpoZJATcw7k
http://www.youtube.com/watch?v=tA456yIYvA0

Image

Après 100m de dénivelé à 45° particulièrement éprouvants, avec arrêt tous les 20 pas, on rejoint la cabane dite du ‘PC du Maquis’, ancien poste de commandement des résistants du Maquis de Picaussel entre 1943 et 1944.
Plus que quelques centaines de mètres vers le Sud et nous arrivons en vue de l’objectif : le refuge du maquis. A ce moment, j’ai une très forte douleur au genou et Blackout aussi est crevé par la montée.
Nous voyons à 100m ce que nous pensons être la cabane où se trouve le contact. En réalité, ce n’est qu’un grand panneau d’information. La cabane se trouve juste au dessus de nous et un des plastrons me sort à l’aide d’une courte rafale de son AEG. Je suis out pour 1 heure.
Je suis très déçu de mon inattention et de mon gros manque d’anticipation mais aussi soulagé de pouvoir aller m’asseoir un peu. Je rejoins la cabane des plastrons. Il y’a un feu de camp et de la nourriture à volonté ! Sanders, Lionel et le 3eme plastron sont aux p’tits soins. Quel pied !!
Blackout est resté dehors, il a une heure pour essayé de me secourir mais face à autant de confort dans ce refuge et après les 6 heures de marche de la matinée et le dénivelé qu’on a dû affronter, j’ai des scrupules et je lui crie de venir nous rejoindre se poser.

Mon Bolt:
Image

Le refuge du Maquis:
Image

J’ai une grosse douleur au genou qui commence à me poser de sérieux problèmes. J’ai dû trop forcer en montant.
Au bout d’une heure, on reprend nos affaires et on récupère les informations concernant la suite de la mission. Il s’agit de redescendre la montagne par là où l’on était arrivé. Le 2nd contact se trouve dans un hameau tout près du hangar où nous avions passé la nuit. Il portera un cyalume blanc. Il sera présent de 21h à 23h, le hameau sera gardé par 14 plastrons. Le but est de s’infiltrer, obtenir les infos et s’exfiltrer du hameau.
On redescend la montagne, difficile. Nous sommes tous les deux physiquement atteints. Le moral commence à prendre un coup. Chaque pas fait mal et Blackout fait face à de grosses douleurs physiques de son coté aussi.
Vers 19h, après 4h de marche, nous avons rejoint notre hangar à bois, fatigués. Nous avons croisé un plastron qui a eu pitié de nous et nous a laissé passer (on devait vraiment avoir une sale gueule !)

Marsouin nous a rejoint plus tard vers 19h30, nous lui avons fait part de nos problèmes physiques et que la suite allait sûrement être très dure, voire impossible.
Finalement, nous décidons d’attendre 21h, le début de la prochaine mission pour voir si on est capable de le faire ou pas.
Blackout décide à ce moment d’arrêter l’OP. Il ne peut plus continuer.

Considérant le temps, l’argent et l’investissement personnel (train…etc) pour arriver ici, j’ai pris la décision de tenter l’infiltration. Mon genou me faisait mal quand je montais ou descendais mais sur le plat, la douleur était supportable.

A 20h45, je me suis donc levé d’un bond, j’ai pris mon bolt et j’ai sauté dans le champ en face.
Il faisait nuit noire. Les plastrons avec leurs lampes balayaient les champs entourant le hameau. Je progressais en rampant dans un champ labouré et boueux, m’arrêtant quand les faisceaux des lampes passaient sur moi. « eXtremilsim, la dose d’adrénaline qu’il vous manque » qu’il disait… ben là on est dedans. L’immersion dans le jeu est totale. Le stress aussi.
En rampant, je rejoins le bout du champ. Une ruelle me sépare du hameau. Les plastrons sont tout proches. Je suis caché derrière des herbes hautes, protégé par l’un des poteaux de la clôture.
Je chambre une bille dans mon bolt, je vise un ombre sous une lampe frontale. Il fait noir complet, je suis ébloui. 1er tir, j’entends de l’agitation, « elle est pas passé loin celle là ».
Les lampes s’agitent. Je chambre une 2eme bille, vise, tire. J’entends un « putain ! ». Des tirs d’AEG à billes traçantes passent au dessus de ma tête. Je chambre une troisième bille, tire et cette fois, j’entends un « POC ! », un râle et un bruit de corps qui tombe. J’apprendrais plus tard que j’avais réussi à atteindre Renan, passé plastron après son abandon, conformément aux règles du jeu.
Je profite que les lampes frontales se mettent à l’abri pour traverser la ruelle et me réfugier dans le fossé bordant la première maison du hameau. Je suis la clôture et contourne le jardin par derrière. Je franchis un taillis de ronces et pénètre dans le (grand) jardin de la propriété. De l’autre coté de la maison, il y a la ruelle du hameau où se trouve le contact.
Je fais quelques pas dans le jardin et là, toutes les lampes extérieures de la maison s’allument en même temps. Je cours me réfugier dans l’ombre, attendant soit que le propriétaire sorte, soit que les lampes s’éteignent toutes seules.
Deux minutes après, le jardin se replonge de lui-même dans l’obscurité. Je franchis un muret séparant 2 jardins. Je gagne la rue centrale. A ce moment, Marsouin, qui jouait le contact avec son cyalume blanc, passe devant moi. Je me lève, le mets en joue, au cas où… puis baisse mon bolt. Il me rejoint et me dit : « tu as eu de la chance toi… », j’ai pas compris le sens de cette phrase.
Il me remet alors la photo de la cible principale, point crucial de l’OP. La cible se trouvera le lendemain matin à 11h au PC du maquis. Le sommet de la montagne qu’on avait montée puis redescendue dans la journée.
Je l’informe de l’abandon définitif de Blackout et lui dis ne pas savoir si je pourrai refaire l’ascension, à cause de mon genou. Ma réussite sur cette mission d’infiltration m’avait redonné le moral et la douleur au genou ne m’ayant pas empêché de mener à bien cette 2eme mission, j’avoue que je me serais bien tenté la suite.
Mais reprendre le chemin cathare seul n’est pas prudent. Marsouin me dit donc préférer que j’abandonne là.
C’est ici que s’achève l’OP pour moi. Sur un sentiment de déception assez fort. Ma douleur au genou s’est estompée en 12h, je n’ai plus mal.
Plus tard, Alu & Mossy qui eux finiront l’OP, me demanderont pourquoi je ne les avais pas rejoints pour finir à 3. L’idée ne m’a pas traversé l’esprit sur le moment. Dommage. Mais de toute façon, j’en aurais peut-être pas eu la force. Cependant, n’ayant pas essayé, je ne saurai jamais.

J’ai rejoint les plastrons, retrouvé Renan & Remy qui m’ont raconté leur histoire et je suis monté en voiture au refuge du maquis où j’avais été touché le midi même, pour y passer la nuit. Sur une table en bois (isolé du sol), je me suis fait un matelas avec une couette qui traînait là, recouverte de ma couverture polaire, dans mon Snugpak. Une bonne grosse nuit.

Image

Le lendemain, j’ai participé à la défense des cibles prioritaires avec les autres plastrons, l’occasion de faire connaissance avec eux. Des gars super sympas.

Lors de l’attaque d’Alu & Mossy, je me prends une bille par Mossy, en plein dans l’épaule. Elle pique celle-là! Tu m’as fait un 3eme sein pour quelques jours mon cher Terminator !

On est parti vers le point d’extraction en voiture. Là bas, la famille de Marsouin nous attendait avec des grillades, un steak cuit à la perfection et une côte de bœuf à tomber par terre.

Image

On a repris la voiture, Black, Alu et moi et on est rentré dans l’Hérault.
Retour à la vie normale avec un bon bain, un repas copieux et chaud et un lit douillet dans la famille d’Alu. Je les remercie tous chaleureusement.
Le lendemain, j’ai repris le train, un jour de la Toussaint, les trains bondés, le stress du métro parisien… Arrivée à minuit au Havre, la tête pleine de souvenirs, et bien décidé que l’année prochaine, j’irai au bout de la mission.

Je tiens à remercier Marsouin chaleureusement pour avoir permis ça, ainsi qu’à tous les joueurs qui nous ont attendus des heures. Sanders, Safari, Lionel et tous les autres. Merci à la la famille de Marsouin pour le festin à l’arrivée.. Et la p’tite bière qui allait avec.
Je suis très content d’avoir fait la connaissance de Blackout, Renan, Rémy, Alu, Mossy et Marsouin, ainsi que tous les autres sudistes.
Je tiens à remercier tout particulièrement ma copine, pour son soutien, sa pertinence et son immense patience.
Dernière modification par Fred le 03 nov. 2011 12:53, modifié 2 fois.
Image Image
Image

Avatar de l’utilisateur
loky
membre du bureau
Messages : 2798
Inscription : 03 juil. 2009 12:34
Localisation : Annecy
Contact :

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par loky » 03 nov. 2011 9:15

Ca donne vraiment envis je m'inscrirais bien pour l'édition de l'année prochaine :mrgreen:

Mich-Mich
one shot one out !
Messages : 2889
Inscription : 12 oct. 2009 14:01

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par Mich-Mich » 03 nov. 2011 9:16

Tout pareil!
Anytime baby...!
MMT338ALM user
SRS A1 SE co-designer
Nightforce 5.5-22x50 NXS user
CAA Roni B2 and Aimpoint CompM2 user
Mini Mich-Mich, une petite merveille!
Optics lover

Image

Avatar de l’utilisateur
Big moustache
one shot one out !
Messages : 629
Inscription : 08 févr. 2010 19:25
Localisation : Paname

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par Big moustache » 03 nov. 2011 20:34

Ca donne carrément envie.
Ce que j'ai retenu et qui m'a bien fait rire c'est la petite phrase dans la dernière video "fin du chemin".
Blackout dit: "on a payé 15 euros pour se faire ca." et Fred de répondre: "moi j'ai pas encore payé".
Et comme on dit, si tu as signé c'est pour en chi.r. :lol:
B.m.
Je ponce donc j'essuie.
La moustache vaincra!
Image
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
groquik
one shot one out !
Messages : 4150
Inscription : 11 avr. 2004 21:15
Localisation : Toulouse cong !

Re: Feed-back du Trophée Craig-Harisson!

Message par groquik » 03 nov. 2011 21:46

bah felicitation Marsouin ! l'an prochain je viendrais tester cette année c etait trop chaud avec mon demenagement de 600 bornes ..
Image

powerp
et non, le groquik sauvage n'est pas un prédateur, sauf pour les lapins en chocolat

Répondre